Top 14 - Non, Toulouse n’y arrive vraiment plus

  • Les Toulousains de Richie Arnold traversent une très mauvaise passe. Photo Icon Sport
    Les Toulousains de Richie Arnold traversent une très mauvaise passe. Photo Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Défaits à Pau pour la sixième fois d’affilée en Top 14, série inédite pour le club, les Toulousains sont toujours englués dans une terrible spirale négative.

C’était prémonitoire. « Il faut qu’on réapprenne à gagner », lançait vendredi, l’entraîneur des avants toulousains Jean Bouilhou. à Pau, son équipe ne savait même plus marquer en première mi-temps. Menée 17-3 à la pause, elle avait pourtant eu quatre occasions franches devant la ligne béarnaise, la plupart sur ballon porté. « Par le passé, on les mettait au fond, soufflait le technicien. On a l’impression qu’on n’arrive pas à franchir la défense, qu’on a du mal à changer de rythme dans les zones de marque, à être plus agressif et plus alerte pour la déborder. » Ses joueurs, dominés en conquête, peuvent regretter de ne pas avoir pris les points pour se rassurer. « On se sentait forts, on pensait marquer, explique le capitaine Alban Placines. On avait envie de relancer une dynamique positive mais ça n’a pas réussi. Je crois qu’on traîne les défaites des semaines passées. Il faut retrouver de la confiance dans notre rugby. Les opportunités se présentent et on ne parvient pas à aller au bout. » Alors que la Section a compté vingt-quatre points d’avance à la 50e minute, les Rouge et Noir ont néanmoins profité des cartons rouges justifiés de Manu et Vatubua, pour se retrouver en double supériorité numérique, inscrire trois essais en neuf minutes et revenir à cinq longueurs de leurs adversaires. Il restait dix-sept minutes pour enfin renverser cette terrible tendance qui les voit s’enfoncer depuis trois mois et éviter une sixième défaite de rang en Top 14. Il n’en fut rien… Toulouse a manqué de maîtrise, malgré deux munitions franches, dont une pénaltouche dans les ultimes instants.

Ramos : « Se regarder dans une glace »

Encore une fois, le champion en titre s’est incliné. « C’est dur à digérer, note Bouilhou. On sent qu’on va avoir une dernière balle de match et on ne la met pas au fond. C’est symptomatique de notre manque de confiance. C’est le constat. Maintenant, il faut trouver les solutions pour relever la tête, aller de l’avant et avoir l’énergie nécessaire pour redevenir l’équipe que nous avons été il y a quelque temps. Que je sache, ce sont toujours les mêmes joueurs. » Voilà comment les hommes d’Ugo Mola n’avancent plus, englués à la sixième place et sous la menace de nombreux poursuivants. « Le Stade toulousain n’a jamais connu une telle période de défaites, insiste Thomas Ramos, reparti ce dimanche à Marcoussis. On a gagné par le passé et il faut savoir perdre maintenant. Mais il faut surtout se regarder dans une glace, voir ce qu’on fait de bien et de pas bien. Mais voir également ce qu’on fait de moins. On en fait peut-être un peu moins. Pendant ce temps, les autres en font plus et nous passent devant.  Il reste trois doublons avant le retour des internationaux mais, s’ils ne veulent pas se contenter d’une saison de transition après avoir tutoyé les étoiles, les Toulousains doivent retrouver le succès sans attendre.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?