Pro D2 - Contre Montauban, Vannes a soufflé le chaud et le froid

  • Les Bretons de Branden Holder se sont imposés de justesse à domicile face à Montauban qui est reparti avec le bonus défensif.
    Les Bretons de Branden Holder se sont imposés de justesse à domicile face à Montauban qui est reparti avec le bonus défensif. Photo Bruno Perrel
Publié le

Ce n’est pas sans trembler jusqu’à la dernière minute que le RC Vannes s’est imposé face à Montauban, après avoir compté pas moins de 19 points d’avance.

Une victoire que les Vannetais ont globalement méritée au regard notamment de leur domination dans le jeu d’occupation et le temps de possession en première période. Ajoutez encore les trop nombreuses fautes concédées par les Tarn-et-Garonnais, très sévèrement sanctionnés par un arbitre un tantinet tatillon : dix fautes lors de la période initiale (dont deux cartons), quatre en deuxième mi-temps, contre respectivement cinq et six fautes pour les Vannetais, qui ont, sur ce match, retrouvé une certaine discipline. « C’est vrai que nous avons été très sévèrement sanctionnés par l’arbitre. Je le lui ai dit après coup », confessait l’affable Florent Wieczorek, l’entraîneur des avants montalbanais.

Lequel se disait encore « fier de [ses] joueurs au regard de l’engagement physique », ne cachant pas par ailleurs que « Montauban traversait une période un peu difficile par un manque de précision dans le jeu par également un manque de confiance. Malgré cela, nous avons été présents dans le combat, présents dans les zones de marque même si notre réveil a été un peu tardif dans le dernier quart d’heure. » 

Et ce dernier de conclure que son équipe, en optant pour la pénalité du bonus offensif à la dernière seconde « avait choisi le camp de la sagesse » même si les deux pénaltouches et les mauls pénétrants précédents, avaient débouché sur deux essais.

La peur de perdre

Les Vannetais eux, ont accueilli avec un certain soulagement le coup de sifflet final. Après avoir mené de 19 points (22-3) le XV du Golfe a connu un sérieux trou d’air dans les 20 dernières minutes. « On s’est fait peur sur la fin », commentait Quentin Étienne le capitaine d’un soir. « Il y a eu trop de déchets dans notre jeu et nous avons perdu trop de ballons dans les rucks. On savait que ces situations étaient le point fort d’une équipe de Montauban qui se nourrit de ces situations », ajoutait ce dernier.

Et si cette équipe bretonne veut ambitionner autre chose dans ce Pro D2 cette saison : « Nous savons le cap qui reste à franchir pour prétendre viser le haut de classement. Il faut garder la tête froide car ce sera une fin de championnat mouvementée », concluait celui-ci. Des Vannetais qui ont affiché de bonnes intentions certes, mais parfois désordonnées.

En cause un excès de précipitation sur des choses simples (ballons portés, touches contrées) qui ne pouvaient que déboucher, d’abord sur un 14-3 étriqué à la pause, avant que le score ne prenne une autre dimension jusqu’à l’heure de jeu (22-3) avant ce trou noir et deux essais de Montauban dans une fin de match débridée au cours de laquelle finalement le RC Vannes trembla jusqu’au coup de sifflet libérateur de M. Chalon.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?