Pro D2 - Une victoire sans fête à Narbonne

  • Lucas MERET (Narbonne)
    Lucas MERET (Narbonne) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

En s’imposant dans son antre, le RCN se donne le droit d’y croire malgré un succès en demi-teinte qui gâche un brin la fête.

 « Si on ne gagnait pas ce match, on était mort », assurait Lucas Meret, demi d’ouverture du Racing club narbonnais. Les hommes de Julien Seron en étaient bien conscients. Ce succès face à Rouen était impératif pour continuer à exister en Pro D2. C’est chose faite, mais alors que cette victoire apparaissait comme une lueur d’espoir dans la course au maintien des Narbonnais, elle semblait tout de même difficile à célébrer. D’abord il y a eu la victoire de Bourg-en-Bresse qui était dans toutes les bouches au coup de sifflet final et qui comptablement n’arrangeait pas vraiment les Audois. Ensuite, cette fin de match où les Orange et Noir ont encore tremblé, sans parler de la prestation qui dans l’ensemble n’était pas réellement source de satisfaction. Heureusement, ce RCN a été conquérant et c’est bien ce qui l’a sauvé : « On a su tout de suite que Bourg-en-Bresse avait gagné son match, donc ça nous a un peu plombés. Qu’ils gagnent dans le money-time, ce n’est pas forcément une bonne affaire pour nous. Mais on a gagné aussi donc on est là. On est encore en vie. Une fois de plus ce n’est pas un match simple pour nous, on se rend compte que même avec un petit matelas, sur la fin de match on arrive encore à se mettre des bâtons dans les roues. Le plus important c’était la victoire, mais le paradoxe c’est sans doute le contenu du match. C’était brouillon et cela manquait d’énergie positive mais nous avons été conquérants et dans ce sport cela reste primordial », expliquait, Julien Seron, manager du RCN.

Les yeux rivés sur le derby

Malgré les quatre points ajoutés au compteur, il n’en reste pas moins que Narbonne est loin d’être sauvé. Alors il faudra aller chercher l’exploit en terres carcassonnaises, mais face aux hommes de Christian Labit, rien ne sera facile : « À Carcassonne cela va être très dur. C’est une équipe qui est en feu en ce moment. Ils dominent le championnat. C’est une équipe agréable à regarder, dominante, conquérante et très bien entraînée. C’est un groupe qui arrive à maturité dans le projet », confirmait l’entraîneur avant d’ajouter : « On va y aller en toute humilité, sur la pointe des pieds et sans faire de bruit en essayant d’enrailler cette machine carcassonnaise.» Ce derby, les Narbonnais y pensaient probablement avant même de quitter la pelouse face à Rouen, parce que désormais le RCN n’a plus d’autre choix que de regarder les matchs qui arrivent pour tenter de faire des calculs qui rassurent. Toujours à dix points du quatorzième les Orange et Noir n’ont plus le temps de laisser filer la moindre chance de se maintenir et à Carcassonne il faudra accepter de se battre avec ses armes.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Manon MOREAU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?