Top 14 - Retour aux sources pour l'ouvreur Parra

  • Formé à l’ouverture au début du siècle, Morgan Parra a regoûté au numéro 10 pour la première fois depuis novembre 2016. Bien mieux que du dépannage, à Deflandre.
    Formé à l’ouverture au début du siècle, Morgan Parra a regoûté au numéro 10 pour la première fois depuis novembre 2016. Bien mieux que du dépannage, à Deflandre. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Formé à l’ouverture au début du siècle, Morgan Parra a regoûté au numéro 10 pour la première fois depuis novembre 2016. Bien mieux que du dépannage, à Deflandre.

Il faut croire que c’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas. Samedi soir, en ressortant du placard sa poussiéreuse selle d’ouvreur, Morgan Parra s’est rappelé au bon souvenir de son poste de formation. Presque six ans après avoir claqué sur le gong l’héroïque drop de la victoire contre Lyon (16-13), l’emblématique demi de mêlée de l’ASM s’est encore montré décisif après la sirène, avec le numéro 10 floqué dans le dos. Point de victoire, cette fois. Mais une transformation (80e+1), tapée depuis le bord de touche, synonyme de bonus défensif. La grande classe. « Sacré joueur », applaudira d’ailleurs après coup le capitaine rochelais Romain Sazy.

Camille Lopez encore convalescent, JJ Hanrahan à la peine et en partance pour les Dragons gallois, Gabin Michet en difficulté à Brive, Jono Gibbes a bien fait de vouloir « stimuler l’état d’esprit de compétiteur » de l’expérimenté Parra. « C’était un défi de jouer 10 contre cette très bonne défense, confesse l’ancien directeur sportif de La Rochelle. Morgan a assumé les responsabilités pour l’équipe toute la semaine. » Une semaine forcément particulière. Routine quelque peu bouleversée pour le principal intéressé : « Je l’ai appris mardi. Je connais ce poste, j’y ait été formé, je l’ai toujours aimé. Maintenant, ça n’empêche pas qu’il faut y jouer et s’entraîner la semaine (pour retrouver ses repères, N.D.L.R). Ce n’est pas du tout comme demi de mêlée. Les jeux au pied, les drops, les coups d’envoi, la défense, les systèmes autour du 10, le jeu… Il y a beaucoup de choses à reprendre et travailler comme attitude. Après ce match, je sais qu’il y a des points négatifs. »

« Je rends service »

Les observateurs pourraient en effet lui ressasser l’essai cadeau offert aux Rochelais, en voulant sauver un 50-22 (75e). Ce serait trop vite oublier son chirurgical rasant au pied pour envoyer Thomas Rozière aplatir l’essai de l’espoir et retirer le bonus offensif au club à la caravelle (78e). Puis cette ultime tentative de transformation déposée entre les perches. « Aujourd’hui, je rends service », en sourit Morgan Parra, toutefois susceptible d’enchaîner à l’ouverture contre Perpignan, samedi. Comme il l’avait fait avec brio il y a une décennie, sous le maillot du XV de France, lors du mondial 2011. C’est le moment propice pour ressortir la boîte à souvenirs.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain Asselin
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?