Top 14 - Brive paie cash ses imprécisions

  • Maladroits près des lignes et pénalisés en mêlée fermée, les Brivistes ont laissé filer une victoire qui leur tendait les bras.
    Maladroits près des lignes et pénalisés en mêlée fermée, les Brivistes ont laissé filer une victoire qui leur tendait les bras. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Maladroits près des lignes et pénalisés en mêlée fermée, les Brivistes ont laissé filer une victoire qui leur tendait les bras.

Au moment de faire le bilan de ce match à domicile soldé par un score de parité et quand on leur demanda s’ils préféraient voir le verre à moitié plein ou à moitié vide, les Brivistes étaient pour le moins partagés : « Pour nous, c’est clairement deux points de perdus. Les joueurs sont très frustrés », déclarait le manager Jeremy Davidson. L’arrière Joris Jurand était plus mesuré, et préférait replacer ce résultat face à ceux de leurs concurrents directs : « Il faut voir le positif, on aurait pu perdre si la transformation était passée. On peut être fier de notre prestation. Une défaite, ça m’aurait fortement embêté, pour ne pas dire autre chose. On va retenir le positif : ces deux points font du bien au classement avec les défaites de Perpignan et Biarritz. »

L’arrière du CA Brive n’a pas tort, lui qui a parfaitement répondu au défi que lui ont lancé les artilleurs héraultais, qui l’ont bombardé de chandelles tout au long de la partie : « On voulait mettre les Brivistes sous pression par le jeu au pied, mais ils ont répondu présents », concédait l’ailier montpelliérain Julien Tisseron. Mais on comprend aussi la frustration de son manager : « La défense, la conquête, les rucks, tout a bien fonctionné mais on a manqué de précision dans les derniers moments. On a connu trop d’imperfections dans les zones de marque. On doit être plus précis. » Le manager devait sûrement parler de deux mauvais jeux au pied tapés par Enzo Hervé en deuxième mi-temps, quand le CAB aurait pu assommer le MHR. On ajoutera tout de même un bémol au domaine de la conquête et surtout celui de la mêlée fermée, où le gaucher Simon-Pierre Chauvac (quatre pénalités à lui seul) a été mis au supplice par le pilier des Bleus, Mohamed Haouas.

Une discipline en progrès

Au-delà des individualités brivistes qui ont encore fait d’énormes différences (lire page 7), l’autre point de satisfaction vient de la discipline : après avoir concédé neuf pénalités en première mi-temps, les Corréziens ont su corriger le tir en deuxième, avec seulement trois coups de sifflet contre eux. Maintenant, il va falloir faire preuve de cette même rigueur dès le début de la rencontre, et dès la semaine prochaine, quand un autre candidat au maintien se présentera au Stadium, le RC toulonnais.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?