Top 14 - Victorieux contre Clermont, le Stade rochelais retient l’essentiel

  • Depuis le début de saison de Top 14, sur 29 essais encaissés, le Stade rochelais en a pris 13 à partir de l’heure de jeu. Dont deux contre Clermont.
    Depuis le début de saison de Top 14, sur 29 essais encaissés, le Stade rochelais en a pris 13 à partir de l’heure de jeu. Dont deux contre Clermont. Photo Vincent Duvivier
Publié le

S’ils ont (encore) flanché et égaré un bonus en fin de match, les vice-champions de France se contentent aisément d’avoir brisé la spirale négative dans laquelle ils risquaient de s’embourber.

« Peu importe la manière - par la porte ou par la fenêtre - il fallait remettre la victoire au goût du jour pour pouvoir travailler plus sereinement. C’était primordial. » Lisez, à travers ces quelques mots de Pierre Popelin, un soulagement certain.

L’ouvreur maritime, comme l’ensemble des Rochelais invités à faire un détour par la salle de presse de Deflandre, n’a pas fait la fine bouche au sortir d’une fin de partie où La Rochelle est passée, en l’espace de cinq minutes, d’un succès bonifié à une victoire au score étriquée. « J’ai passé une bonne soirée, personnellement, sourit Romain Carmignani. Laisser un point à Clermont, je m’en fous ! Je suis content des garçons, ils ont fait le job, ils ont montré un super visage de défense collective et d’abnégation, c’est ce que j’ai envie de retenir. On avait besoin de se racheter devant notre public. »

Il y a un mois, après « la victoire référence à Glasgow », il y a fort à parier que l’entraîneur des avants maritimes et l’ensemble du staff auraient davantage vu le verre à moitié vide, à chaud. Tout du moins ne se serait-il pas contenté du gâteau à quatre points alors que La Rochelle a mis les ingrédients pour s’offrir la cerise, menant 31-13 à la 76e. Seulement voilà, avant cette réception cruciale des Jaunards, le Stade rochelais restait sur trois défaites de rang en championnat.

Dos rond et humilité imposés, dans une période de turbulence où les doutes peuvent rapidement s’installer. « Le scénario de fin de match n’a rien d’affolant. Pas un joueur n’avait la tête baissée en rentrant au vestiaire », jure Popelin, relayé par son pilier Dany Priso : « On n‘avait pas le droit à l’erreur, il fallait gagner à tout prix. Quatre points, c’est mieux que rien. »

Victoire retrouvée, nuits apaisées

S’il n’occulte pas ce relâchement final déjà vu cette saison – « Il va falloir corriger certaines choses très rapidement parce que là, ça passe, mais, sur certains matchs, on s’en est mordu les doigts » – le gaucher international retient, lui aussi, l’essentiel : « La victoire nous remet dedans. Sur les derniers matchs, on n’a pas montré une bonne image. Donc, forcément, on était un peu sur la retenue à pas vouloir faire de fautes, à vouloir être trop propre. On a un peu oublié notre jeu. Maintenant, on va pouvoir jouer plus sereinement. »

Ce ne sera pas pour déplaire à Romain Sazy, capitaine marqué par la défaite sur le fil à Biarritz avant une courte trêve faite de « nuits pas trop confortables. J’espère que ça fait chier tout le monde car moi, ça m’a fait chier. On va pouvoir revenir lundi avec une grande banane et beaucoup d’envie pour la semaine à préparer. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain ASSELIN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?