Urdapilleta : « Plus je suis vieux, plus je tape fort »

  • Top 14 - Benjamin Urdapilleta (Castres olympique) a été décisif contre Lyon
    Top 14 - Benjamin Urdapilleta (Castres olympique) a été décisif contre Lyon Icon Sport - Laurent Frezouls
Publié le , mis à jour

Auteur de quatorze points et notamment de la pénalité de la gagne, en coin, l'ouvreur Benjamin Urdapilleta a été décisif dans la victoire du CO face à Lyon. « Urda » est décidément éternel.

Castres a dû puiser dans ses retranchements pour venir à bout d'une coriace équipe de Lyon. Comment analysez-vous cette partie ?

Tout le monde savait que ça allait être une partie disputée. Mais franchement, quand l'équipe a compté neuf points d'avance, je me suis dit que l'on était bien et que ça allait le faire. Puis Lyon nous marque un essai un peu casquette. Enfin, disons qu'il arrive sur le seul ballon qu'on échappe en l'air. Il y a la transformation qui passe derrière et leur permet de prendre l'avantage. Il ne restait pas beaucoup de temps. Mais les avants, qui ont réalisé un gros travail pendant tout le match, ont placé ce ballon porté qui nous a donné l'occasion de gagner. Merci encore aux avants.

Comment expliquez-vous que vous soyez restés si sereins sur la fin, malgré le retournement de situation ?

On se sentait bien. L'équipe avait dominé pendant presque tout le match mais elle n'avait pas assez concrétisé. Mais on savait qu'il y aurait une opportunité à la fin pour l'emporter. Les avants l'ont saisie. Il n'y a pas eu de panique. Dans ces instants-là, il faut savoir garder la tête froide pour faire les choses dans l'ordre.

Vous aussi, vous avez fait preuve de sang-froid pour inscrire, en coin, la pénalité de la gagne. Racontez-nous...

C'est mon travail de finir le boulot de l'équipe. C'est ce que je dis tout le temps. Je me prépare et je m'entraîne pour ça. J'adore ça. Depuis que je suis petit, j'aime avoir cette responsabilité de gagner les matchs. Ou de les perdre parfois. J'ai fini le boulot des avants.

Vous n'avez manqué qu'un coup de pied, finalement. Le premier et le plus simple...

(Il coupe) Oui, j'ai raté la première. Je n'étais pas bien dans ce moment-là. Et pas concentré. C'était la plus facile, oui. Ça arrive.

Par la suite, vous en passez une de plus de cinquante mètres. On vous a rarement vu taper d'aussi loin. Que s'est-il passé ?

Plus je suis vieux, plus je tape fort (sourire). C'est le travail qui paye. Sur le coup, Gaëtan (Barlot), notre capitaine, me demande : "Tu l'as ?" Je lui réponds : "Franchement, il faut que ça souffle sinon ça va être compliqué." Je savais que si ça arrivait, ça serait juste. J'ai tout donné. C'est passé juste.

Le CO est expert dans l'art de gérer ses fins de match. Comment l'expliquez-vous ?

Oui, c'est vrai que sur toutes les rencontres qui ont été serrées, nous avons souvent gagné à la fin. J'espère qu'il n'y aura pas que des fins de match comme ça. C'est mieux de gagner comme à Toulon, avec neuf points d'avance. C'est plus serein. Mais c'est bien aussi de s'imposer à l'arraché. Ça fait du bien à la tête.

Votre bonne dynamique se confirme avec six victoires sur les sept derniers matchs en Top 14...

Nous voulions surtout confirmer le succès à Toulon. On savait que Lyon était une grosse équipe, on s'était bien préparé. Il fallait aussi rester invaincu à la maison, c'est le plus important.

La discipline, secteur fâcheux sur la saison, est un des points positifs de la soirée. Quel regard portez-vous sur ce point ?

C'est le travail qui est réalisé toute la semaine qui paye. Il y a un arbitre (Cédric Clavé) qui nous aide. Dans notre jeu, il y a beaucoup d'agressivité. On est comme ça. Parfois, ça amène beaucoup de fautes. Il y a eu du progrès à ce niveau. Le fait d'avoir eu le plus souvent le ballon a facilité la tâche.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?