Les Bleuets doivent retrouver du piquant

  • Après Killian Tixeront et Louis Le Brun, c’est à Emilien Gailleton que le capitanat a été confié pour affronter l’Écosse. Photo Icon Sport
    Après Killian Tixeront et Louis Le Brun, c’est à Emilien Gailleton que le capitanat a été confié pour affronter l’Écosse. Photo Icon Sport
Publié le

Deux semaines après leur défaite à la maison face à l’Irlande, les Bleuets remettent le bleu de chauffe en Écosse ce vendredi soir. Une rencontre importante pour repartir de l’avant.

Les Français ont cédé sur la sirène il y a deux semaines face à l’Irlande. Et dans ces situations-là, il y a deux écoles. Certains veulent avoir la chance de se rattraper le week-end suivant, d’autres préfèrent avoir un peu plus de temps pour digérer ce cruel scénario. Les Bleuets ont vu la deuxième option s’offrir à eux. Les jeunes tricolores ont eu deux semaines de "pause" entre deux rencontres du Tournoi, sauf pour quelques-uns, qui ont porté les couleurs de leur club la semaine passée. C’est par exemple le cas pour le pilier Mathis Perchaud, titulaire avec Bayonne sur la pelouse de Béziers vendredi dernier. Bref, une coupure avec l’équipe de France qui, à en croire les propos du manager Jean-Marc Béderède, a fait plus de bien que de mal : "On a retrouvé un groupe plus frais que ce qu’on l’avait laissé après le match face à l’Irlande. Quelques nouveaux joueurs ont intégré le squad, ce qui a également permis de modifier notre quotidien. L’ensemble du staff est satisfait par cette reprise."

Pour autant, pas question de s’abattre sur son sort. Les yeux et les objectifs ont directement été braqués vers Édimbourg et cette troisième journée : "On a de suite voulu se plonger dans ce déplacement compliqué qui nous attend. Sur le papier, beaucoup nous voient largement favoris mais personne n’est à l’abri d’une mauvaise surprise." Alors comment éviter de tomber dans ce piège écossais ? Une chose est certaine, sur le papier, les Bleuets partent avec une, voire plusieurs longueurs d’avance. Mais la réalité du terrain est souvent toute autre.

Retrouver de la continuité dans le jeu

Le manager général de l’équipe de France attend surtout de la continuité dans les attaques tricolores : "Pour prendre la mesure de notre adversaire, il nous faudra surtout garder le ballon et pas se mettre en danger bêtement dans notre camp, mais tenter les coups quand ils se présenteront." La rencontre face à l’Irlande fut frustrante à ce niveau-là tant la ligne arrière française n’a pas réussi à développer son jeu comme elle l’a démontré face à l’Italie en ouverture.

Ce vendredi soir, sur une pelouse synthétique encore une fois, les arrières ont une "revanche à prendre." "Avant d’envoyer du jeu derrière, il faudra avant tout prendre l’axe, explique Jean-Marc Béderède. On avait bien réussi à la faire face à l’Italie, et pas du tout face à l’Irlande. Ces Écossais, si on les fixe correctement, on pourra les mettre en difficulté plus facilement." Avant cet affrontement, les Écossais sont bons derniers de ce Tournoi 2022 après deux défaites subies face à l’Angleterre et le pays de Galles.

Ces derniers mois, clubs et nations du rugby comme d’autres sports ont appris à vivre avec la pandémie du Covid-19. Malheureusement, les Bleuets n’ont pas échappé à ce fameux virus avant la rencontre face aux Irlandais. Quelques jours avant cet énorme duel, des joueurs comme Théo Ntamack, Killian Tixeront ou encore Robin Bellemand avaient dû déclarer forfait après un test positif. Avant ce déplacement en Écosse, staff et joueurs ont retrouvé une stabilité bienvenue, plus rythmée par des tests positifs quasiment quotidiens.

"C’est les aléas d’une compétition, il faut faire avec, explique Jean-Marc Béderède. La situation s’est apaisée, à nous de faire le boulot sur le terrain désormais." Peu de monde contredira le manager tricolore, les Bleuets doivent retrouver le goût de la victoire en Écosse pour remettre la marche avant dans ce Tournoi.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Vincent FRANCO
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?