TOP 14 - Perpignan : Chouly, en terrain conquis

  • Damien CHOULY (Perpignan).
    Damien CHOULY (Perpignan). Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le déplacement à Clermont sera l’occasion pour Damien Chouly de retrouver le Marcel-Michelin pour la première fois depuis son départ de l’ASM.

C’est le genre de joueurs qui marquent une époque. Et à Clermont, Damien Chouly a contribué à écrire l’histoire de l’ASM. Après avoir été dans le camp rival, champion de France puis finaliste malheureux avec l’Usap, le troisième ligne originaire de Palais-sur-Vienne a rejoint le club auvergnat en 2012 pour y remporter un nouveau Brennus en 2017. Fédérateur, il devient capitaine de l’équipe seulement deux ans après son arrivée au club. Pour la première fois, il revient au stade Marcel-Michelin, ce qui donne une saveur supplémentaire à sa semaine de préparation : "C’est excitant, ça fait plaisir d’avoir cette opportunité de revenir au Michelin, témoigne le joueur passé par Brive. Quand on connaît l’ambiance qu’il y a dans ce stade magnifique, ça donne envie !" Du côté des joueurs et du staff, l’ASM a connu du changement depuis le retour de Chouly à Perpignan il y a trois ans. Mais celui-ci garde des contacts : "Je n’ai pas chambré mais c’est l’occasion de demander des nouvelles, de prendre la température."

Un avenir en suspens

En étroite collaboration avec le staff, Damien Chouly est un élément essentiel dans le groupe de l’Usap. Le champion du monde moins de 21 ans (2006), focalisé sur le secteur de la touche, est précieux sur et en dehors du terrain pour l’entraîneur des avants Perry Freshwater : "Il donne une certaine sérénité dans les situations difficiles avec beaucoup de pression à la maison par exemple. C’est là où son expérience compte. Il apporte son assurance pour nos joueurs. Et il sait quand il faut gueuler un peu ou quand il faut être relax avec les mecs." Quant à savoir s’il prolongera l’aventure d’une saison, si l’intéressé n’a pas encore pris sa décision, son coach note son enthousiasme et sa bonne condition physique malgré ses 36 ans : "Il aime bien jouer et il est présent le lundi après les matchs. Ça va se décider d’ici peu."

Avant ça, l’opération maintien est la priorité numéro 1 des Catalans. Et pour survivre dans cette course, être plus réalistes à l’extérieur sera une nécessité : "On travaille justement dans ce sens, pour être plus précis dans l’intensité, révèle l’international aux 46 sélections. Les errements contre le RCT nous ont coûté cher. À nous de resserrer ce rideau défensif et d’être plus cliniques."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?