Rideau de fer, offloads... Le match Ecosse-France en stats

  • 6 Nations 2022 - Finn Russell (Ecosse) était constamment chassé par les Bleus (XV de France)
    6 Nations 2022 - Finn Russell (Ecosse) était constamment chassé par les Bleus (XV de France) Icon Sport - PA Images
Publié le , mis à jour

Supérieurs stratégiquement et individuellement, les Bleus ont récolté à Murrayfield une victoire qui doit énormément à leur défense qui a étouffé Finn Russell, mais pas seulement...

27

Il s’agit du nombre de coups de pied bottés par les Français, soit presque trois fois plus que les Ecossais (11). Un chiffre très important puisque la défaite de 2020 avait donné lieu à un des seuls matchs de l’ère Galthié qui avaient vu les Bleus moins utiliser cette arme que leur adversaire.Alors certes, ce parti-pris impliqua des stats bien moindres que le XV du Chardon en termes de possession (41%) ou de passes réalisés (97 contre 187, un rapport du simple au double). À titre d’exemple, l’ouvreur Romain Ntamack n’a réalisé que 10 passes, à peine autant que Fickou. Sans que cela nuise à l’efficacité du collectif, loin s’en faut...

 

9

Si l’on a un temps craint le pire en termes de discipline (5 pénalités concédés à la 30e), le XV de France est finalement resté dans les standards internationaux avec moins de 10 pénalités concédées, contre 12 par les Ecossais. À noter que le regard des arbitres sur les Bleus commence franchement à changer, ainsi qu’on l’avait déjà constaté en novembre faceà la Géorgie. Car en d’autres temps, face à un XV de France moins dominant, on imagine mal que M. Dickson n’aurait pas infligé un carton jaune à Jaminet pour son « plaquage » sur Skinner (26e) ou un essai de pénalité pour la cravate de Baille sur Price (27e)…

 

153

Contraints à défendre de par leur parti-pris stratégique, les Bleus se sont parfaitement acquittés de leur tâche, hormis un temps faible de dix minutes en première période où ils péchèrent quelque peu par facilité. Reste que le reste du temps (particulièrement en deuxième période) leur prestation fut remarquable, avec 153 plaquages réussis (pour 86 % de réussite globale) dont 16 pour le seul Cros, et 13 pour Dupont et Danty derrière. Un rideau de fer qui leuir permit d’inscrire deux essais sur des ballons de turnover...

 

6

Il s’agit à la fois du nombre de franchissements et d’essais inscrits par les Bleus, ce qui en dit long quant à leur efficacité ballon en main qui fut proche de la perfection ce samedi à Murrayfield. Les Bleus ont ainsi concrétisé toutes leurs franches occasions, à la grâce d’une assez nette domination dans les duels. Les attaquants tricolores ont ainsi gagné 6,4 m par course et battu un défenseur tous les quatre ballons joués, tandis que les Ecossais ont gagné moins de quatre mètres par ballon, avec un défenseur battu toutes les 8 courses.

 

10

Le nombre de passes après contact réussies par les Tricolores, contre seulement 4 pour leurs adversaires. Certes, quelques unes d’entre eux se sont avérée inutiles, précipitant le temps faible entre la 2(e et la 35e. Mais le reste du temps, celles-ci se sont montrées décisives, comme ce relais de Marchand pour l’essai de Willemse, ou le double relais de Penaud et Baille sur celui de Moefana.

 

38 %

S’il ne fallait retenir qu’un point négatif de cette défaite à Murrayfield, ce serait sûrement ces 5 échecs au pied de Jaminet et Ntamack sur 8 coups de pied tentés, pour un taux de réussite assez faible,sans lequel les Bleus auraient pratiquement faire grimper le score jusqu’à la cinquantaine. Circonstance atténuante, la plupart de ces tentatives étaient excentrées, sur leur mauvais pied et perturbées par le vent qui plus est.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?