Pro D2 - Succès historique pour les Montois à Armandie

  • Expulsion de joie des Montois au coup de sifflet final à Armandie. Cette victoire historique leur permet de reprendre la place de leader. Photo DDM
    Expulsion de joie des Montois au coup de sifflet final à Armandie. Cette victoire historique leur permet de reprendre la place de leader. Photo DDM DDM - MORAD CHERCHARI
Publié le

Cela faisait plus de 30 ans que le Stade montois ne s’était pas imposé à Armandie. Grâce à une seconde période impeccable, les partenaires de Willie Du Plessis ont décroché un beau succès à l’extérieur.

Mont-de-Marsan est le tube de l’année. Incontestablement. Menés assez largement au score à la demi-heure de jeu (17-3), ils n’ont jamais paniqué. « C’est la force de notre équipe cette saison. L’année dernière nous a forgés. Là, malgré le score, nous ne lâchons rien », se réjouit le deuxième ligne argentin, Léandro Cedaro, encore très bon vendredi soir. Depuis 1991, son équipe n’avait plus gagné à Armandie. Il s’agit donc d’un authentique exploit même si, au regard de la seconde période, cela paraît logique. Cependant, pris en mêlée, les Jaune et Noir ont également subi toutes les collisions lors du premier acte. « On s’attendait à ce qu’ils commencent fort », promet Stéphane Prosper. Amorphes, ses joueurs n’ont pourtant pas vu le jour avant l’essai de Lucas Mensa (30e). « Agen a mis une grosse pression. Notamment dans les rucks. Nous n’avons pas su mettre en place la stratégie que nous voulions mettre en place au départ. Car nous n’avions pas le ballon », analyse Stéphane Prosper. Pour autant, même après le deuxième essai de Loris Tolot, jamais le leader de Pro D2 n’a tremblé. Il est apparu serein. Comme les autres grosses écuries du championnat finalement. Car Oyonnax et Bayonne avaient également subi la furia agenaise avant de reprendre le fil du match. La marque des « grands » finalement cette saison.

Le banc décisif

Agen a souvent perdu ses matchs en seconde période cette année. Cela a donc encore été le cas ce week-end. « Il y a plusieurs raisons à cela », dévoile Léandro Cedaro. La première est évidemment cette série de rucks et de mêlées près de l’en-but montois en début de seconde période.

« C’est le tournant du match très clairement car ils peuvent nous faire très mal et prendre dix-sept points d’avance. Heureusement, nous avons fait preuve de solidarité et notre défense a été très bonne », poursuit le deuxième ligne. La seconde raison, c’est le banc des remplaçants. C’est lui qui a fait la différence, c’est indéniable. « Nous avions prévu de faire entrer nos joueurs plus tard dans ce match », explique Prosper. « Mais la physionomie du match a fait qu’ils sont rentrés plus tôt. »

C’est ainsi que la première ligne remplaçante a dominé la mêlée décisive à la 48e minute. Puis que Léo Coly a accéléré le jeu des siens, mettant le SUA en grande difficulté. Sans oublier l’apport de joueurs d’expérience que sont Yann Brethous devant et Vereniki Goneva derrière. Finalement, il aura fallu que les « finisseurs » entrent en jeu pour que le leader retrouve de sa superbe. Les chevauchées décisives des Fidjiens Goneva et Naituvi peuvent en attester. « La confiance, nous l’avons. Après un mois de janvier compliqué, l’équipe s’est remise au boulot. Nous avons lancé le sprint final », conclut Prosper. Et quoi de mieux qu’un succès historique pour retrouver la première place ?

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathieu VICH
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?