Rugby-fauteuil : champions d'Europe, les Bleus écrivent leur plus belle ligne !

  • Portés par leurs supporters, les Français ont été sacrés champions d’Europe face à l’Angleterre en s’imposant (44-43) dans un match acharné. Un titre historique pour le rugby-fauteuil tricolore.
    Portés par leurs supporters, les Français ont été sacrés champions d’Europe face à l’Angleterre en s’imposant (44-43) dans un match acharné. Un titre historique pour le rugby-fauteuil tricolore. Photo Euro2022 — Rugby fauteuil
Publié le

À domicile, l’équipe de France s’est imposée en finale de la compétition ce week-end, mettant au tapis les favoris britanniques. Grâce notamment à leur « ligne majeure", les Bleus se sont offert leur premier sacre continental.

On n’arrête pas le progrès. Après avoir glané deux médailles de bronze en championnat d’Europe (2017 et 2019), l’équipe de France a gravi les deux plus belles marches à la fois en ce mois de février 2022. Samedi, les Bleus (en blanc) ont en effet arraché le premier grand titre international de leur histoire, terrassant la Grande-Bretagne sur le parquet de la Halle Carpentier (44-43), devant près de 2 000 spectateurs.

Pourtant, les partenaires de Jonathan Hivernat ne disputaient là que leur première finale en tournoi majeur. Une véritable performance, donc, face à des champions paralympiques en titre médusés par la rage de vaincre française. « Malgré le public et l’enjeu, on n’a pas vraiment senti de pression supplémentaire. Nous sommes arrivés avec une sérénité étonnante pour une finale », se félicite l’entraîneur tricolore William Ybert.

Forts de leur large succès contre l’Allemagne vendredi, en demi-finale, les Français se présentaient invaincus dans l’enceinte du 13e arrondissement de Paris. La domination exercée en poule et en demie avait notamment permis au staff de régulièrement faire tourner. Un détail non-négligeable. Car si le chemin de l’or a été arpenté par tout un collectif, le rugby-fauteuil français doit beaucoup à son « carré magique », impérial lors de la finale. « On avait effectué énormément de rotations sur les matchs précédents, afin que ces quatre joueurs puissent être frais pour tenir un match complet », admet William Ybert.

Sur les remises, une pression gagnante

Face aux tenants du titre, Jonathan Hivernat, Cédric Nankin, Corentin Le Guen et Sébastien Verdin ont ainsi fait parler la poudre. « Ils constituent vraiment notre ligne majeure, juge leur partenaire Adrien Chalmin. Ils allient force physique et vitesse, nous permettant d’être un cran au-dessus par rapport à d’autres nations du circuit européen. » Agressifs, les titulaires français ont exercé une pression de tous les instants sur les remises adverses, laissant la sélection "british » asphyxiée.

« Lancés, les Britanniques peuvent être très difficiles à arrêter. Mais si on les empêche de rouler, il y a quelque chose à faire », analyse Ybert. Fort d’un écart de trois points à la pause, et avec Le Guen en instigateur, Nankin en défenseur acharné, Verdin en char d’assaut ultra-rapide, ainsi qu’Hivernat en monstre du jeu, le quatuor français a donc fait déjouer les partenaires de Stuart Robinson, ne leur permettant jamais de revenir à hauteur. Comme un symbole, l’ultime action de la partie voit le Toulousain de la « ligne majeure » Jonathan Hivernat s’accrocher à la balle au milieu de trois Britanniques, la préservant tel un trésor jusqu’au buzzer.

Les hommes du trio Vanacker-Dubord-Ybert exultent. Le capitaine laisse échapper quelques larmes d’émotion. « On avait dit aux gars qu’on pouvait écrire l’histoire », révèle le coach. Si les Bleus n’ont « pas encore donné la pleine mesure de [leur] potentiel », dixit Chalmin, samedi, ils ont bel et bien écrit leur plus belle ligne.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Dorian VIDAL
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?