Top 14 - Après l’humiliation, et malgré la défaite à Lyon, Biarritz a su réagir

  • Une semaine après l’humiliation subie à Paris, les Biarrots n’ont pas à rougir de leur performance.
    Une semaine après l’humiliation subie à Paris, les Biarrots n’ont pas à rougir de leur performance. Icon Sport
Publié le

Une semaine après l’humiliation subie à Paris, les Biarrots n’ont pas à rougir de leur performance. Dès la fin du match, les esprits étaient déjà tournés vers la réception de Toulon.

Peut-on encaisser trente points et trouver des motifs de satisfaction ? Les Biarrots ont répondu par l’affirmative. Il faut dire qu’après avoir pris soixante grains à Paris une semaine plus tôt, soixante également lors de leur dernière venue à Lyon il y a bientôt six ans, et quarante sur leur pelouse au match aller pour une rare défaite à domicile, la défaite de samedi, avec des joueurs de retours de blessures, comme le talonneur, Lucas Peyreblanques, ou d’autres rarement titularisés, comme l’ailier, Ximun Lucu, n’a pas pris les proportions craintes après le 17-0 (23è) des Lyonnais pour lancer leur rencontre.

Les deux entames de mi-temps ratées ont été suivies de deux belles réactions. Et cela n’aurait pas été injuste que la dernière séquence offensive (76e) connaisse un meilleur sort et prive les Lyonnais d’un bonus offensif qu’ils avaient eu beaucoup de peine à décrocher après l’heure de jeu.

« Notre objectif est d’apprendre et nous avons appris de notre prestation précédente, soufflait le manager, Shaun Sowerby. Le Stade Français était aussi dans un grand jour il y a une semaine, cela a exagéré l’écart. Ce soir, nous avons vu une équipe dans l’effort, qui s’est battue jusqu’au bout. L’échec contre le Stade Français doit être l’exception, pas la règle. Nous devons confirmer la semaine prochaine. »

Les yeux tournés vers toulon

Dès le coup de sifflet final, le match est passé en perte et profits, et les regards et les esprits étaient déjà tournés vers la réception de Toulon samedi, dans une rencontre capitale pour le maintien, ce que n’était pas ce voyage dans le Rhône.

« Le prochain match sera à la vie à la mort, rappelait l’arrière, Ximun Lucu. Il faut être conscient que nous avons peut-être fait un bon match ce soir, mais cela ne suffit pas. Maintenant, c’est le money time. Samedi prochain, nous avons besoin du public. J’espère que tout le monde va répondre présent. Il faut que ce soit le feu, comme en début de saison. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?