Top 14 - Le retour du monstre à seize pattes clermontois

  • Derrière un pack conquérant, la ligne arrière clermontoise a pu se mettre en valeur. L’arrière japonais Kotaro Matsushima s’est mis au niveau de ses coéquipiers.
    Derrière un pack conquérant, la ligne arrière clermontoise a pu se mettre en valeur. L’arrière japonais Kotaro Matsushima s’est mis au niveau de ses coéquipiers. Photo Vincent Duvivier
Publié le

Dans le sillage d’une conquête impériale, l’ASM a étouffé l'Usap devant, laissant les arrières clermontois concrétiser le travail de leurs hommes forts.

L’inénarrable Roger Couderc avait surnommé ainsi le pack clermontois au milieu des années 1970. Le « monstre à seize pattes » montferrandais laminait chacune de ses oppositions et confisquait le ballon en conquête. Plus de 50 ans plus tard, la légende est revenue le temps d’un après-midi ensoleillé au Michelin.

D’entrée, les avants auvergnats ont récolté quatre pénalités d’affilée en mêlée, amenant les dix premiers points de la rencontre. En touche, l’ASM n’a égaré que trois lancers et a activé la marche en avant sur chaque munition ou presque, avec aucun ballon perdu sur maul… à l’inverse des Perpignanais qui se sont fait coffrer deux ballons importants sur cette phase de jeu.

Une performance saluée par Thomas Rozière, auteur d’un doublé : « Marquer devant le public et la famille, c’est une immense fierté. Après les essais viennent du collectif, je remercie toute l’équipe pour tous ses efforts ! ».

Par leur domination en conquête, les hommes de Jono Gibbes se sont attachés à torpiller le centre du terrain avec les « deux tanks » George Moala et Apisai Naqalevu. Les deux centres ont été utilisés sur presque tous les lancements. Une stratégie payante face aux Catalans.

Les trois-quarts en profitent

« Notre match a été un parfait mix entre avants et arrières. Au milieu du terrain, on a la chance d’avoir des menaces comme George ou Apisai qui fixent et font aussi venir des ailiers sur eux. Chacun a rempli son rôle aujourd’hui », résumait fièrement Jono Gibbes.

Le manager clermontois a une nouvelle fois pu compter sur un impérial Morgan Parra, auteur d’un 100 % au but, d’un essai, et de deux passes décisives. Derrière, l’ailier Cheikh Tiberghien a une nouvelle fois montrer sa valeur au public clermontois avec un essai en force et une chevauchée décisive en fin de première mi-temps.

Un après-midi tout bonus pour Clermont qui doit maintenant regarder le voisin lyonnais pour continuer de croire aux barrages. « Les deux prochains matchs sont cruciaux parce qu’on y croit. On doit rester aussi confiants qu’aujourd’hui » soulignait Thomas Rozière. Face au LOU, le monstre clermontois ne devra pas s’endormir à nouveau, et gagner enfin cette constance qu’il recherche depuis septembre.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Clément LABONNE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?