Tournoi des 6 Nations 2022 - Antoine Dupont, l’exceptionnel joueur du XV de France

  • En Écosse, le demi de mêlée Antoine Dupont a guidé les Bleus sur la voie d’un succès serein.
    En Écosse, le demi de mêlée Antoine Dupont a guidé les Bleus sur la voie d’un succès serein. Icon Sport
Publié le

Auteur d’une nouvelle performance exceptionnelle en équipe de France, le demi de mêlée Antoine Dupont a guidé les Bleus sur la voie d’un succès serein.

Une relance comme un coup de poignard. On jouait la 8e minute de cet Ecosse-France qui peinait à décoller quand, sur un ballon de rien récupéré à l’entrée de ses 22 mètres, Antoine Dupont alluma la mèche d’un après-midi de rêve pour les Bleus. Une course échevelée, trois défenseurs laissés sur le carreau par ses appuis démentiels et le demi de mêlée bleu était déjà sur la ligne des 22 mètres écossaise pour libérer proprement le ballon. Gaël Fickou dynamisait et deux relais de Baille et Marchand plus loin, Paul Willemse s’écroulait dans l’en-but.

Le patron venait d’illuminer Murrayfield de toute sa classe et, dans le sillage de son numéro 9, l’équipe de France était lancée sur les traces d’un succès étincelant. Toujours mesuré, « Nous sommes bien sûr très satisfaits d’avoir gagné à Murrayfield. On savait que les Écossais perdent peu souvent ici et que le contexte allait être difficile à appréhender. »

Les statistiques du gamin de Castelnau-Magnoac prouvent, si besoin était, à quel point il eut la mainmise sur le match. Comme à peu près à chacune de ses sorties sous le maillot bleu, Antoine Dupont fut hyperactif à Murrayfield, à l’aise aussi bien dans l’animation et la gestion du tempo du match que dans l’exécution des tâches défensives.

Sans lui faire injure, son vis-à-vis Ali Price a souffert de la comparaison. Il eut l’air d’un cadet B emprunté, détruit qu’il fut par Dupont sur un plaquage magnifique à la 35e. Un plaquage qui donne un aperçu de l’intensité que le demi de mêlée du Stade toulousain met dans ses interventions défensives.

En plus d’être un redoutable chasseur (il est souvent le premier défenseur à mettre la pression à l’adversaire), il ne « voyage » jamais pour rien et fait souvent « exploser » son opposant. Autre point intéressant pour visualiser l’étendue de sa palette technique et tactique, Dupont fut le seul français, samedi, à réellement prendre la mesure du vent puissant qui balayait le pré de Murrayfield.

Là où Romain Ntamack et surtout Melvyn Jaminet ont failli, lui a su trouver les bonnes longueurs, les bons angles, pour utiliser toute la géométrie du terrain et garder les Écossais sous pression. On se demande ce qui peut arriver à ce XV de France quand son patron est dans un tel état de grâce.

Le patron tempère l’euphorie

À force de le voir évoluer à ce niveau, attention à ne pas banaliser ses performances. Avec lui, l’exceptionnel devient routine. Un match juste « propre » et sans erreur tel que celui qu’il a produit face à l’Italie en ouverture du Tournoi, qui serait jugé "bon" pour n’importe quel autre joueur est targué de « moyen » pour celui dont on attend tant. C’est le prix à payer lorsque l’on dispose du titre de meilleur joueur du monde. Le capitaine des Bleus guide aussi les siens hors du terrain, parle peu mais bien, et fixe le cap.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?