Amateurs - Le rugby inclusif se propage

  • Laurent Galindo initie au rugby ses jeunes en situation de handicap à Saint-Ouen-d’Aunis.
    Laurent Galindo initie au rugby ses jeunes en situation de handicap à Saint-Ouen-d’Aunis. Photo DR
Publié le

L’association lot-et-garonnaise Rugby sans différence voit son fonctionnement reconnu et bientôt imité ailleurs en France.

Au milieu d’une actualité des plus préoccupantes, il est réconfortant d’observer que les bonnes initiatives trouvent des échos. En l’occurrence, « Rugby sans différence », association lot-et-garonnaise spécialisée dans le rugby pour les jeunes en situation de handicap, a attisé la curiosité d’autres clubs en France. Pour rappel, Christian Lagarde, à l’origine de cette entité, œuvre pour l’inclusion de ce public souvent marginalisé à travers le rugby. Les exemples d’intégration dans des clubs engagés en compétition FFR prouvent la qualité du travail effectué.

Et cette année, Laurent Galindo s’en est inspiré pour créer la même dynamique dans son nouveau club d’Aytré, dans l’agglomération rochelaise. « « Aytré Rugby va à l’IME » est le nom du projet, indique le responsable de développement et de formation au club engagé en Promotion Honneur. L’idée est de proposer un programme régulier pendant toute l’année à un public d’enfants en situation de handicap moteur ou psychique pour, à terme, les mélanger avec les jeunes du club. » Ce programme a été permis par le concours de Leslie Delfau, capitaine des Poc’ettes du Stade rochelais et éducatrice spécialisée de l’IME (instituts médico-éducatifs) en question, celui de Saint-Ouen-d’Aunis.

Une meilleure éducation pour tous

Alors comment initier au rugby ce public particulier ? Laurent Galindo, entraîné pendant de nombreuses années par Christian Lagarde, est resté en contact avec lui, notamment grâce au sport adapté. Il explique sa méthode : « Ce sont des séances de quarante-cinq minutes basées sur du management visuel. On ne parle pas beaucoup car à cet âge-là la compréhension est limitée. Grâce à des pictogrammes, on donne des messages du comportement que l’on attend afin qu’ils le reproduisent sur le terrain. » Il rêve d’ailleurs d’organiser des tournois inter-IME…

Plus bas, dans le bassin d’Arcachon, une autre connaissance de Christian Lagarde a exporté le projet, cette fois dans le club de Gujan-Mestras. Pierre Courbin témoigne : « L’association a décidé de s’inscrire dans le lien social en direction des jeunes en situation de handicap mental. Pour cela nous travaillons activement en direction des instituts médico-éducatifs de notre territoire du bassin d’Arcachon. » 

L’objectif partagé par le président du club Charles Couradjut, est le même qu’en Charente-Maritime : « Développer des logiques partenariales et proposer des séances de découverte de la pratique rugbystique dès septembre 2022. À l’issue de ce premier cycle, nous favoriserons l’inclusion de ces jeunes au sein des catégories de l’école de rugby. » Aussi, ces passerelles permettront aux jeunes licenciés d’être confrontés au handicap. Une façon concrète de pratiquer l’inclusion, et ce grâce au rugby.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Quentin PUT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?