TOP 14 - Henry Chavancy, le retour du totem

  • Henry CHAVANCY, Racing 92.
    Henry CHAVANCY, Racing 92. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après un simple galop d’essai face à Castres, Henry Chavancy devrait avoir son mot à dire à Perpignan, ce week-end.

Longtemps blessé à un mollet, Henry Chavancy (33 ans) a fait son retour à la compétition le week-end dernier, contre le Castres olympique. Patron de la défense francilienne, emblème totémique du club, le capitaine du Racing 92 revêt une importance évidente dans les Hauts-de-Seine. Avant ce déplacement à Perpignan, il explique : "Le championnat est très homogène et malgré son classement, l’Usap reste une équipe solide. Au match aller, nous avions d’ailleurs eu toutes les peines à les battre à l’Arena (17-14). Ils auraient pu l’emporter chez nous et, pour ce prochain match si important dans la course au maintien, ils nous attendront de pied ferme, dans un stade très chaud par nature." Mais le Racing, qui reste sur sept victoires consécutives toutes compétitions confondues, a-t-il réellement quelque chose à craindre en Catalogne ? Chavancy poursuit : "Nous sommes sur une bonne série mais surtout conscients que nous n’avons encore rien gagné. L’ensemble reste fragile et dans ce Top 14, la moindre contre-performance peut facilement te faire dégringoler de deux ou trois places au classement."

Il y a quelques mois, "Riton" a prolongé son contrat de deux saisons supplémentaires dans le 92 et, sauf miracle, terminera donc sa carrière où il l’a commencée, un parcours atypique faisant de lui l’homme d’un seul club, comme ce fut le cas d’Aurélien Rougerie à Clermont. "Je suis un enfant du Racing, poursuit-il à présent. J’ai toujours été passionné par ce club et si je dois finir ma carrière ici, ce sera sans le moindre regret. Même si les jeunes poussent, mes ambitions personnelles restent élevées."

Chavancy : "Je n’ai jamais eu envie de partir"

Soumis à rude concurrence depuis ses débuts professionnels, Henry Chavancy eut plusieurs fois l’opportunité d’aller voir si l’herbe était plus verte ailleurs. Il enchaîne : "J’ai eu des contacts avec d’autres clubs mais je n’ai jamais eu envie de partir. Au Racing, j’étais chez moi, me sentais bien et n’ai jamais connu la moindre lassitude." Il conclut ainsi : "J’ai démarré ma carrière professionnelle en Pro D2 et j’ai évolué en même temps que ce club, au fil des objectifs fixés. Dans mon esprit, je suis plus redevable au Racing que le Racing ne m’est redevable. J’ai eu beaucoup de chance, en fait…"

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?