TOP 14 - La Rochelle : Pierre Bourgarit, l’habile jongleur

  • Talonneur le plus pénalisé du Top 14, Pierre Bourgarit est aussi celui qui a battu le plus de défenseurs et progressé le plus avec le ballon depuis le début de la saison. Photo Icon Sport
    Talonneur le plus pénalisé du Top 14, Pierre Bourgarit est aussi celui qui a battu le plus de défenseurs et progressé le plus avec le ballon depuis le début de la saison. Photo Icon Sport
Publié le

Moins souverain défensivement cette saison, le talonneur de 24 ans fait davantage parler sa palette offensive, grâce à des qualités d’explosivité et de porteur de balle entretenues depuis gamin.

Avoir plusieurs cordes à son arc est un atout non négligeable dans le rugby moderne. Encore faut-il savoir les manier à la perfection, être capable de basculer vers l’autre quand l’une tangue. À ce jeu-là, Pierre Bourgarit fait partie de ceux qui excellent. Samedi dernier encore, le talonneur international (5 sélections) avait la bougeotte, sorti de la rencontre face à Pau - sa centième sous le maillot rochelais - en étant le Maritime qui a le plus avancé cuir en main. 51 mètres gagnés supplémentaires, ce qui porte son total à plus de 700 mètres depuis septembre. D’ores et déjà bien plus que la saison passée (526 mètres), globalement la plus belle et faste de sa carrière, durant laquelle il avait davantage atteint des sommets dans un autre registre. À savoir son activité défensive au sol. Là même où, justement, le Gersois connaît - même si elle tend à s’estomper - une baisse de régime depuis le début de l’exercice en cours. En témoignent, entre autres, ses dix-sept pénalités concédées en autant de matchs disputés. Et, par ricochet, ses trois cartons jaunes récoltés en championnat.

Qu’à cela ne tienne, "Bourga" jongle avec merveille avec ses autres points forts. Explosif, rapide, agile ballon en main, le nouveau centurion du Stade rochelais se rappelle aux bons souvenirs de ses débuts, à l’ES Gimont. "J’ai commencé en numéro 8, ne manquait-il pas de nous rappeler, en fin de saison dernière. Depuis que je suis jeune, j’ai l’avantage d’être un bon porteur de balle, ça palliait mon manque de réussite en touche. Ma vitesse, je l’avais déjà à Auch. J’ai toujours apprécié le ballon. Dès fois, je me fais brancher parce que je ne fais pas beaucoup de passes (rires)."

Du fractionné bien fait

Ces qualités régulièrement louées, Pierre Bourgarit assure les entretenir au quotidien : "J’essaie de ne pas les perdre, c’est important pour moi et mon style de jeu. Ça passe par la répétition du travail à haute intensité, ne pas mettre deux minutes à récupérer entre deux tâches. Je fais aussi attention à mon poids." Affuté, le Rochelais l’est, visiblement. Aucun autre talonneur du Top 14 n’a franchi le seuil des 100 courses avec le ballon, cette saison, quand lui en est déjà à plus de 120. À chaque fois qu’il enclenche, sa progression moyenne est d’ailleurs supérieure à 5 mètres. Ça ne vous rappelle rien, un Bourgarit en jambes ? Il y a quatre ans, débarqué de Fédérale 1, il avait mystifié Nonu et la défense de Toulon sur un tout droit d’anthologie. "Ça m’arrive de le revoir et j’en suis fier. Je m’en sers pour que ça se reproduise", en sourit "Bourga". Les défenses sont prévenues.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain ASSELIN
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?