Top 14 - Encore battus en fin de match, les Toulousains sont maudits

  • Les Toulousains sont maudits
    Les Toulousains sont maudits Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après un succès face à l’Union Bordeaux-Bègles, le stade pensait repartir avec un match nul positif de jean-Bouin. Mais ils ont encore cédé après la sirène.

Le Stade toulousain voulait sa revanche. Ugo Mola l’avait dit à ses joueurs dès le coup de sifflet lors de la défaite au stadium face à cette équipe parisienne. Fier du comportement de ses joueurs battus à la dernière seconde ce soir-là, le manager toulousain avait donné rendez-vous à ces hommes à Jean-Bouin. Encore une fois, ils ont été battus après la sirène sur un coup de poignard de Kylan Hamdaoui placé sur orbite par Ngali Laumape. Un cruel bis repetita pour les champions de France qui avaient su revenir dans une rencontre qu’ils avaient très mal débutée.

Les avants pour redresser la barre

En effet, ils avaient d’abord été emportés par l’enthousiasme parisien, et certainement un peu débordés par leurs émotions. Un début de rencontre qui venait cristalliser toutes les problématiques du staff haut-garonnais en cette période de doublons, contraint de demander à de jeunes joueurs de se hisser au niveau des absents, ce qui n’est pas une mince affaire quand la pression monte. Mais, après un premier quart d’heure délicat, les Toulousains ont su trouver les ressources pour revenir dans le bras de fer, grâce notamment à la puissance de leur mêlée pour récupérer de précieuses pénalités, et des avants dans leur ensemble puisqu’ils réduisaient l’écart au tableau d’affichage sur une pénaltouche parfaitement exécutée alors qu’ils étaient pourtant en infériorité numérique après le carton jaune à l’encontre de Charly Faumuina. « Nous avons besoin d’un match à partir duquel nous pourrons construire », avait déclaré l’entraîneur Laurent Thuéry avant de prendre la route de la capitale. « Nous sommes avant tout focalisés sur le contenu qui sera proposé. » Bien contrés dans le jeu au sol en première période, les Rouge et Noir ont su trouver la parade pour jouer dans l’avancée, faisant preuve d’un sacré force de caractère alors qu’il leur était bien difficile de trouver des espaces au large.

Les Toulousains parvenaient à imposer le fameux jeu de passe en début de seconde période mais il manquait la dernière passe, la petite étincelle pour concrétiser les bonnes intentions en essai. Malgré leur domination, ils ne parvenaient pas à faire définitivement à faire basculer le match en leur faveur, revenant par deux fois à égalité sans parvenir à prendre l’avantage. Un manque d’efficacité exacerbé par une touche en souffrance qui laissait en route de précieuses munitions, une faiblesse récurrente quand Julien Marchand et Peato Mauvaka ne sont pas là. Il ne faut certes pas jeter la pierre à leurs jeunes remplaçants, enthousiastes dans le jeu mais fébriles sur leurs lancers.

Une semaine après avoir mis un terme à six défaites consécutives, le Stade toulousain est reparti sans aucun point de ce déplacement à Jean-Bouin. C’est cruel au regard de la performance collective qui laisse à penser que cette équipe est sur la bonne voie.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?