Top 14 - L’ASM en caractère majuscule

  • À l’image de Daniel Bibi Biziwu, les Clermontois l’ont emporté grâce à une plus grande solidité dans les bases que sont la conquête et la défense. Photo Vincent Duvivier
    À l’image de Daniel Bibi Biziwu, les Clermontois l’ont emporté grâce à une plus grande solidité dans les bases que sont la conquête et la défense. Photo Vincent Duvivier Midi Olympique - Vincent Duvivier
Publié le

S’ils concèdent que leur rugby « n’est pas joli à voir en ce moment », les Jaunards se réjouissent pour l’heure d’un collectif retrouvé, qui se maintient à la bagarre pour le top 6.

On aurait pu vous parler, bien sûr, de cette mêlée dévastatrice sans laquelle l’ASM n’aurait probablement jamais mis sous l’éteignoir l’adversaire lyonnais, ou plus encore de ces ballons portés si bien structurés qui rapportèrent directement deux essais, ainsi que la pénalité de la gagne. Mais non : si Morgan Parra n’avait dû retenir qu’une seule action de ce Clermont-Lyon, ç’aurait plutôt été la dernière. Pour le simple plaisir d’avoir ôté le bonus défensif au Lou, ou d’avoir entendu le Michelin rugir de plaisir comme aux plus belles heures ? Vous n’y êtes pas du tout… « Ce qui m’a plu, c’est qu’après avoir marqué la pénalité de la 76e, on a été capable de récupérer proprement le coup d’envoi, de bien sortir de notre camp et défendre de manière disciplinée. L’essai, il est presque anecdotique, mais c’est la conséquence de cette belle maîtrise. C’est le signe qu’on est plus mature, qu’on a gagné en caractère. » Une analyse complétée par le manager Jono Gibbes, heureux du visage affiché par les siens. « Cette victoire est une belle récompense pour les joueurs qui ont su rester soudés et patients pendant quatre-vingts minutes. Ils ont démontré un super état d’esprit face à une équipe très bien structurée. On a été franchi à plusieurs reprises mais globalement, notre défense a bien tenu. Et notre solidité sur les bases nous a permis d’aller chercher la victoire. » « Il manque du jeu, de la manière mais au moins personne ne triche, appréciait Parra. On est dans une passe difficile, sous pression à chaque match à domicile parce qu’on sait très bien que le moindre revers au Michelin sera éliminatoire pour nous. Mais on s’en sort, on est toujours là, toujours vivants. Même si ce n’est pas joli, on s’appuie sur un gros caractère, une bonne conquête, de la discipline, la défense et un buteur un peu en réussite. Pour gagner en Top 14, ça ne suffit pas toujours, mais c’est essentiel. »

« On est toujours vivants »

Les recettes éternelles, en somme, que l’ASM n’a d’autre choix que de bûcher d’arrache-pied après avoir concédé ces dernières années un retard sur la concurrence qu’elle s’applique à combler, au travers d’entraînements plus rudes que jamais. « On a moins d’emprise qu’auparavant sur le Top 14 mais on s’accroche. Au bout du compte, le travail paie, souriait le capitaine Arthur Iturria. Ce n’est jamais marrant d’affronter en semaine des gens qui sont des amis, des coéquipiers, alors on est heureux de leur rendre sur le terrain ce qu’ils nous donnent à l’entraînement, pour nous permettre de bien nous préparer. » Et de réussir un des come-backs les plus étonnants de ces dernières saisons ? Le leader Morgan Parra y croit en tout cas dur comme fer. « Pas grand monde ne nous voit nous qualifier, mais nous, on est obligé de se conditionner pour ça entre nous. On se dit que si le Stade français l’a fait l’an dernier, pourquoi pas nous cette saison ? On est toujours là, et si on réussit à accrocher un exploit à l’extérieur tout en restant invaincus à la maison jusqu’au bout, on ne sera plus très loin. » À l’ASM d’assurer sa réception de Bordeaux, alors. Avant de rêver un peu…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?