Toulouse olympique : un drop fatal pour le TO qui s'incline d'un seul point

  • Toulouse olympique : un drop fatal pour le TO qui s'incline d'un seul point
    Toulouse olympique : un drop fatal pour le TO qui s'incline d'un seul point DDM - VALENTINE CHAPUIS
Publié le

Le TO a fait douter Wigan. Et alors que le score était de parité, à une minute de la fin, un drop-goal d’Harry Smith a offert la victoire aux Warriors.

De l’autre côté de la Manche, certains ont eu un jugement hâtif sur le Toulouse olympique, désigné comme le principal candidat à la relégation. à l’issue de la copie laissée par les Haut-Garonnais face à Wigan, les pronostiqueurs de Sa Très Gracieuse Majesté devront revoir leur copie. Le club aux dix-neuf Coupe d’Angleterre, celui qui a formé Shaun Edwards et Jason Robinson, a frisé la correctionnelle samedi soir à Ernest-Wallon. à une minute du terme, les débats n’avaient pas encore livré le nom du vainqueur. à la 79e minute, le score était de parité (28-28). Dans cette fin de rencontre plus que palpitante, le coleader invaincu s’est procuré une balle de match. à hauteur des 25 mètres toulousains, le demi de mêlée Harry Smith a choisi l’option du drop. Une tentative qui s’est avérée fructueuse.

Wigan prenait définitivement le score (29-28) après avoir été mené 18-10 à la pause et même 28-16 à l’heure de jeu. Et pourtant, deux minutes avant ladite action, le TO a eu une balle de match. à hauteur des 20 mètres de Wigan, l’ouvreur Tony Gigot (excellent tout au long de la rencontre) était idéalement positionné pour tenter, lui aussi, un drop victorieux. Mais l’Avignonnais d’origine s’est fait contrer par le deuxième ligne Joe Shorrocks. Une balle de contre qui s’est conclue dans la zone de marque toulousaine. La suite fut écrite par le pied d’Harry Smith.

Défaite interdite à Wakefield

Au final, Toulouse est toujours en quête d’un premier succès et reste en fond de classement. Au terme de cette 4e journée, cette défaite « honorable » lui laisse entrevoir des lendemains qui chantent. D’ailleurs, légitiment, une demi-heure après la rencontre, le coach de Wigan, Matt Peet, était élogieux envers son adversaire : « La meilleure équipe n’a pas forcément gagné. Je n’ai pas été surpris par le jeu des Toulousains. Nous avons eu de la chance. »

Dans le camp toulousain, la déception et la frustration dominaient. Dans l’amertume, le coach Sylvain Houlès préférait mettre l’accent sur le côté positif du débat : « Nous avons été très proches de la victoire. Nous avons fait douter Wigan. Petit à petit, on se construit, en trouvant des repères. Le contenu de la rencontre est positif. Nous avons été à la hauteur d’un match de Super League. Il faut aller chercher maintenant des victoires, nous ne pouvons plus nous contenter de dire que nous avons fait un bon match. »

Justement, vendredi soir, à Wakefield, le Toulouse olympique va livrer le match le plus important de ce début de championnat, celui des derniers de la classe entre deux équipes en quête d’une première victoire. On l’a bien compris, la défaite sera interdite et le vainqueur prendra une option sur la onzième place, synonyme du maintien. Après la copie laissée face à Wigan, tous les espoirs sont permis.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?