Angleterre - Irlande : Au-delà de la simple "bagarre de bar"

  • Le choc promet d’être intense samedi entre les Anglais de Kyle Sinckler et les Irlandais de Tadhg Furlong (à gauche) et Rob Herring (à droite). Ils ont pour objectif commun de voler la victoire finale aux Français. Photo Icon Sport
    Le choc promet d’être intense samedi entre les Anglais de Kyle Sinckler et les Irlandais de Tadhg Furlong (à gauche) et Rob Herring (à droite). Ils ont pour objectif commun de voler la victoire finale aux Français. Photo Icon Sport Icon Sport - Sportsfile
Publié le

Les deux équipes se livreront un combat titanesque pour déterminer laquelle aura encore une chance de voler la victoire finale aux Bleus.

"Jésus, je me souviens à peine de la dernière bagarre de bar à laquelle j’ai participé… Vous croyez vraiment que ça va être comme ça ?" C’est l’œil pétillant que le truculent pilier anglais Joe Marler a répondu, en conférence de presse, à la petite phrase de l’ancien sélectionneur irlandais Eddie O’Sullivan, avant de se faire plus sérieux au moment de détailler sa réponse. "Ça va juste être un gros combat dans les rucks, dur mais loyal. Là-dessus, nous sommes tous d’accord." En effet, au-delà de déterminer quelle sera l’équipe encore en course pour souffler la victoire dans le Tournoi au XV de France, ce match entre l’Angleterre et l’Irlande devrait effectivement donner lieu à un immense combat dans le jeu au sol puisqu’il oppose les deux sélections présentant les meilleures statistiques, entre des Anglais rois de la possession (96,4 % de rucks remportés depuis le début de la compétition) et des Irlandais rois des sorties rapides (2’89’’ en moyenne). Les deux formations ont à ce titre enregistré quelques retours précieux : du côté anglais, le numéro 8 d’Exeter Sam Simmonds devrait ainsi être intégré à la place d’Alex Dombrandt (covid) tandis que Jamie George remplacera Luke Cowan-Dickie, Joe Marchant reformant quant à lui auprès de Henry Slade le milieu de terrain qui avait si bien fonctionné face à l’Afrique du Sud. Quant aux Irlandais, ceux-ci ont certes perdu l’arrière Jordan Larmour sur blessure, mais retrouveront leur emblématique deuxième ligne Iain Henderson, bien remis du covid. De quoi rendre plus effrayant encore ce pack vert dont le XV de la Rose se méfie comme de la peste… "Sans faire offense aux Gallois à qui ils manquaient beaucoup de grands noms voilà deux semaines, on sent que le vrai gros match a lieu ce samedi, souriait Marler. D’habitude, quand je fais des blagues à l’entraînement, il y en a toujours quelques uns qui rigolent. Cette semaine, tout le monde me regardait en me disant : "tais-toi". J’ai compris que c’était du sérieux."

Johnny Sexton, début de la tournée d’adieux

Du sérieux, et comment ! Car l’Irlande, toujours en lice pour la Triple Couronne, compte bien sur son sélectionneur Andy Farrell pour rompre sa malédiction en Angleterre (où elle n’a plus gagné depuis 2010) tout en lançant pour le mieux la tournée d’adieux de Johnny Sexton qui, après avoir prolongé son contrat avec la Fédération irlandaise jusqu’en 2023, disputera son dernier match à Twickenham dans le cadre du Tournoi. "Je veux terminer au top, assurait cette semaine Sexton, en référence à sa volonté d’enfin permettre au XV du Trèfle de franchir l’écueil des quarts de finale d’une Coupe du monde. Ça aurait été facile pour moi de vouloir partir, mais c’est surtout un très beau challenge que de continuer à rester en forme pour conserver une place dans l’équipe. Samedi, ce sera une formidable occasion de commencer ce chemin." "Je ne sais trop pas ce que cela dit sur la façon dont ils essaient de pousser un nouveau 10 pour l’avenir, si le gars qui tient le poste aura 38 ans à la Coupe du monde, provoquait Marler. Mais les Irlandais sont des gars particuliers. Vous savez, pendant la tournée 2017 des Lions, Tadhg Furlong m’a dit qu’il était producteur de porcs truffiers et, à ce jour, je n’ai toujours pas compris s’il essayait de me faire marcher ou non." Au pilier des Quins de chercher à dissiper le malentendu au détour ce week-end, alors, après avoir si bien fait montre la sauce derrière les micros…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?