Top 14 - Etienne Fourcade ne se rend pas

  • Marqueur contre Lyon, Etienne Fourcade a surtout joué en moyenne soixante-treize minutes lors des quatre derniers matchs. Photo Vincent Duvivier
    Marqueur contre Lyon, Etienne Fourcade a surtout joué en moyenne soixante-treize minutes lors des quatre derniers matchs. Photo Vincent Duvivier
Publié le

Dernier talonneur valide de l’effectif pro, etienne fourcade enchaîne les matchs au point d’être devenu le joueur le plus utilisé de l’effectif auvergnat en 2022, après une fin d’année dernière gâchée par deux covid et une commotion cérébrale.

"Franc-Comtois, rends-toi ! Nenni, ma foi !" C’est peu dire que la devise de sa chère Franche-Comté sied à merveille à Etienne Fourcade, tant le Lédonien affole les statistiques en ce début d’année. En effet, sur les sept matchs disputés par l’ASM en 2022, le talonneur clermontois n’en a démarré qu’un seul dans la peau d’un remplaçant : celui face au Stade toulousain le premier janvier, pour ce qui était son match de reprise après un mois et demi d’arrêt.

Depuis, l’ancien Grenoblois a compilé six titularisations avec un temps de jeu remarquable, puisqu’il dépasse en moyenne les soixante-sept minutes sur la pelouse, en jouant même plus de soixante-treize lors des quatre derniers matchs… Un statut de "quasi indispensable" évidemment lié aux circonstances du moment (fin de saison pour Adrien Pélissié, blessure aux cotes de Yohan Beheregaray) qu’Etienne Fourcade aborde néanmoins avec la plus grande humilité. "ça fait plaisir de passer autant de temps sur le terrain mais les vacances vont faire du bien, car ça commence un peu à tirer… Il faut dire qu’en début de saison, j’ai été souvent à l’arrêt, alors il faut bien que je compense." C’est peu de le dire… Victime une première fois du Covid en septembre, Fourcade a ensuite subi une commotion à Perpignan qui le laissa un mois sur le carreau, avant d’attraper une deuxième fois la maladie pour une fin d’année 2021 complètement pourrie.

"À Perpignan, j’ai fait une bêtise. Je croyais que j’étais bien, j’ai voulu rester sur le terrain, et je n’étais pas si bien que ça. Pendant plusieurs jours ensuite, j’ai eu des maux de tête, le bruit me gênait, j’étais très fatigué. Il ne fallait pas prendre de risque à mon retour, mais comme le Covid s’en est mêlée, j’ai eu plus que ma dose de repos."

 

"J’espère qu’on va bientôt réussir à se lâcher"

Heureusement, depuis lors, Etienne Fourcade rattrape le temps perdu. Et l’ASM est la première à s’en féliciter, trop heureuse de pouvoir compter sur cet expert en matchs couperets. "On n’a pas le droit à l’erreur à domicile, sous peine de sortir de la course à la qualification. Ça rappelle un peu les matchs du maintien qu’on jouait avec Grenoble, où on n’avait pas le droit à l’erreur et où on avait du mal à se libérer offensivement. On joue un peu à l’énergie en ce moment et ça passe, mais on n’oublie pas que l’ADN de l’ASM, ce n’est pas seulement de la défense et des ballons portés. J’espère qu’on réussira à un peu plus se lâcher dans quelque temps, si on réussit à passer l’écueil de l’UBB."

Car s’il est évident que franchir un cap dans la construction du jeu sera nécessaire dans l’optique du top 6, l’ASM ne compte pas faire les choses à l’envers à l’heure de recevoir le - toujours - leader du Top 14. "Même s’ils ont perdu quatre matchs consécutifs, on sait qu’ils viendront chez nous pour se relancer, annonce Fourcade. D’autant plus que l’UBB est repartie victorieuse de ses deux derniers déplacements au Michelin. Ça s’annonce un match très engagé, un peu comme celui de la semaine dernière face à Lyon."

Un challenge en vue duquel le pack de fer de l’ASM pourra au moins compter sur un atout : celui de pouvoir compter sur son expérimentée charnière Parra-Lopez, tandis que l’UBB sera toujours privée de son binôme Jalibert-Lucu, sans lequel elle enchaîne les contre-performances. "On sait que c’est précieux d’avoir une charnière qui parle beaucoup, apprécie Fourcade. C’est un vrai confort. Dans les moments faibles, avec eux, tout paraît plus simple. Mais encore faut-il que nous, les gros, soyons à la hauteur." Au talonneur et à ses copains de s’y hisser encore une fois avant la trêve, alors…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?