XV de France : Ntamack, Alldritt, Marchand... Ces trois sont (finalement) intouchables

  • Sortis renforcés de la tournée d’Automne, Romain Ntamack (en haut), Grégory Alldritt (à gauche) et Julien Marchand (à droite), soumis à une rude concurrence, sont incontestablement trois pièces maîtresses du XV de France. Photos Midi Olympique - Patrick Derewiany
    Sortis renforcés de la tournée d’Automne, Romain Ntamack (en haut), Grégory Alldritt (à gauche) et Julien Marchand (à droite), soumis à une rude concurrence, sont incontestablement trois pièces maîtresses du XV de France. Photos Midi Olympique - Patrick Derewiany
  • Ces trois sont (finalement) intouchables
    Ces trois sont (finalement) intouchables
  • Ces trois sont (finalement) intouchables
    Ces trois sont (finalement) intouchables
Publié le

Lors de la dernière tournée de novembre, Julien Marchand, Grégory Alldritt et Romain Ntamack ont d’une manière ou d’une autre été mis en danger et soumis à une rude concurrence. Voilà qui a sûrement aiguisé leur appétit de compétiteurs, si bien qu’ils n’ont jamais semblé aussi installés qu’aujourd’hui.

À ce jour, il serait absurde de remettre en cause le statut de Julien Marchand, Grrégory Alldritt et Romain Ntamack. Comment considérer ces trois-là comme autre chose que des titulaires inamovibles et des cadres de l’épine dorsale ? Mais le talonneur toulousain confiait récemment : "Tout peut aller vite, dans un sens comme dans l’autre." Qu’en était-il de ces mêmes trois hommes lors de la dernière tournée automnale ? Attention, pas question d’affirmer que leur place en sélection était menacée ou fragilisée. Eux restaient des hommes forts du XV de France, Marchand et Alldritt étant d’ailleurs cités parmi les potentiels capitaines en l’absence de Charles Ollivon avant que le choix d’Antoine Dupont ne soit acté. Mais, d’une manière ou d’une autre, ce trio a été mis en danger et ce fut assez révélateur du management souhaité par Fabien Galthié à la moitié de son mandat. Alldritt, et cela aurait été impensable quelques mois plus tôt, était ainsi remplaçant pour entamer l’épisode de novembre contre l’Argentine, laissant le numéro 8 à Anthony Jelonch.

Choix marquant qui sanctionnait la fin de saison dernière et le début d’exercice actuel décevants du Rochelais. "C’est quelque chose qui m’a mis un coup de fouet et m’a fait du bien", avouait l’intéressé avant le rendez-vous néo-zélandais. Une évidence. Aligné ensuite d’entrée contre la Géorgie, le Gersois avait enchaîné contre les All Blacks par une prestation XXL. Depuis qu’il est passé sur le banc des Bleus, Alldritt est revenu à un niveau stratopshérique, en club ou en équipe nationale. De là à penser que le staff avait voulu le piquer, il n’y a qu’un pas…

Pour Ntamack, la logique fut un peu différente. Lui n’a jamais quitté le XV de départ mais, en plus d’avoir laissé les tirs au but à Melvyn Jaminet, son décalage en premier centre face aux Pumas et aux Lelos, pour l’associer à Matthieu Jalibert en numéro 10, révélait - outre la volonté du staff de miser sur cette combinaison de talents - celle de relancer la concurrence autour de la conduite du jeu français, confiée au Toulousain en début de mandat. Mais son récital à l’ouverture contre la Nouvelle-Zélande a clos le débat. "Notre numéro 10 est Romain Ntamack", expliquait Fabien Galthié avant le Tournoi, quand Jalibert postulait encore. S’il rayonne moins individuellement, "NTK" est à la hauteur de cette confiance, en parfait chef d’orchestre. "Il est brillant, y compris dans sa sobriété", résumait parfaitement dans ces colonnes Marc Lièvremont après l’Irlande. C’est clair, Ntamack est installé pour un moment.

Renforcés par le virage de l’automne

C’est sûrement le cas aussi de Julien Marchand au talonnage. Une réalité depuis la prise de fonction de Galthié mais, si ses performances ont toujours été convaincantes sur la scène internationale, le scénario de novembre aurait pu leur être défavorable. D’abord parce que lui s’était blessé au plus mauvais moment, touché aux côtes contre la Géorgie et forfait face à la Nouvelle-Zélande. Il avait été remplacé avec brio par son partenaire en club Peato Mauvaka, qui fut le grand gagnant de la tournée. Auteur d’un doublé devant les All Blacks, il avait porté son total à cinq essais sur les trois matchs, et avait été globalement irrésistible dans le jeu. Assez pour bousculer la hiérarchie des talonneurs aux yeux de beaucoup…

Mais pas à ceux de l’encadrement. En trois sorties, Marchand a prouvé que la configuration actuelle (lui qui débute, Mauvaka qui finit) est bien la plus efficace. Meilleur gratteur du Tournoi, son activité dans les rucks est une offrande pour le XV de France. En clair, lui, Ntamack et Alldritt sont sortis renforcés de ce virage de l’automne. Et c’est aussi ça les vrais champions…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?