Pro D2 - Un maul qui laisse des regrets à Carcassonne

  • Christian Labit, l'entraîneur audois
    Christian Labit, l'entraîneur audois Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les hommes de Christian Labit ont livré une partie intéressante et intelligente. Malgré ce bonus défensif mérité, ils nourrissent quelques regrets, notamment sur la fin de match.

Personne n’aurait imaginé voir l’US Carcassonne à ce niveau-là au classement au mois de mars. Pourtant, Christian Labit programme ses joueurs pour jouer des phases finales. C’est indéniable. En tout cas, cette formation est en confiance. Il suffit de regarder l’agressivité mise en défense, l’intelligence dans l’alternance de la charnière, et la sérénité dans les moments délicats. En tout cas, oui, après le succès à Vannes, les Audois avaient l’intention de réitérer l’exploit à Armandie. Et il s’en est fallu de peu. De très peu. D’un maul, peut-être. Un ultime groupé pénétrant à cinq minutes de la fin, lors duquel les visiteurs ont avancé d’une vingtaine de mètres, sans que l’action ne soit pénalisée. Laissant un goût amer au manager. «J’estime que ce maul qui avance autant est pénalisable car le deuxième ligne adverse vient l’écrouler en travers. À ce moment-là, on peut passer devant. Après, j’ai trouvé l’arbitrage bon dans la globalité. Et Agen n’a pas démérité sa victoire. Mais c’est frustrant de perdre un point de cette manière.» Mais pour l’ancien troisième ligne, ce fait de jeu coûte une possibilité de victoire aux siens. «Il a sanctionné ce genre de faute tout le match. Il faut être cohérent jusqu’au bout. Même si c’est la 78e et à Agen. Un bon arbitre aurait sifflé pénalité, j’en suis convaincu. C’est la différence entre les petits et les grands arbitres», poursuit-il.

Un bloc référence

L’arbitrage mis à part, le bilan carcassonnais est particulièrement satisfaisant lors de ce bloc. Labit confirme : «Nous avons pris des points là où d’autres n’ont rien pris. Cela laisse augurer de bons matchs à venir.»

La semaine prochaine, les Audois auront forcément un œil sur la rencontre opposant Béziers à Montauban. En cas de défaite de ces derniers, l’USC attaquerait le sprint final dans le Top 6. Et au regard de la combativité de cette équipe, c’est finalement tout, sauf une surprise.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathieu Vich
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?