Gaël Fickou (XV de France) : « J'ai juste hâte d'y être »

  • Tournoi des 6 Nations 2022 - Gaël Fickou (XV de France) face au pays de Galles
    Tournoi des 6 Nations 2022 - Gaël Fickou (XV de France) face au pays de Galles Icon Sport - Anthony Bibard
Publié le , mis à jour

Gaël Fickou, le patron de la défense tricolore, est longuement revenu en conférence de presse sur ce que représentait à ses yeux la dernière levée du Tournoi, face à l'Angleterre.

Gaël, la séance de mercredi a été relativement « light ». Pour quelle raison ?

On a très bien travaillé ces dernières semaines et ce n'est pas la séance d'aujourd'hui qui allait faire la différence. Même s'il n'y eut pas de contacts, on a en revanche mis beaucoup de vitesse.

 

Sentez-vous la pression monter, au fur et à mesure des jours ?

La pression, elle est toujours là dans Tournoi le 6 Nations. Avec nos clubs ou en sélection, nous avons l'habitude de jouer des grands matchs. La seule pression que l'on a, c'est de prendre du plaisir, d'en donner et de gagner ce match.

 

À quoi vous attendez-vous samedi soir, face à l'Angleterre ?

Ce sont toujours des gros matchs contre ces Anglais. Ils rêvent de nous voir tomber. On s'attend donc à un choc, avec beaucoup de rudesse et de combat. Nous avons tous en mémoire que les Anglais nous ont battus les deux dernières fois (en Coupe d'Automne des Nations puis lors du dernier Tournoi des 6 Nations, N.D.L.R.). Une bête blessée comme l'Angleterre actuelle est toujours plus dangereuse. Mais ils ne vont pas non plus devenir l'équipe de l'année en une semaine. En clair, les Anglais ont de grandes qualités et on s'y prépare. Que le meileur gagne, maintenant.

 

Allez-vous parler à vos coéquipiers afin de les rassurer ?

Il n'y a pas besoin de parler. Si on n'est pas motivé là, ce n'est pas la peine d'y aller. Mais nous serons à la hauteur, j'en suis sûr.

 

Êtes-vous sereins ?

On va jouer un match de rugby. C'est un sport, pas la guerre. Il ne nous arrivera pas grand chose samedi.

 

Il n'y a semble-t-il jamais eu autant d'attente autour d'une rencontre du XV de France. Que ressentez-vous ?

Ça fait dix ans que c'est compliqué et que nous n'arrivons pas à gagner ce titre. Moi, j'ai juste hâte d'y être.

 

Faut-il prendre du recul par rapport à l'événement ?

L'évènement, on vit avec, on ne s'en préserve pas. Avant, on râlait parce qu'on ne se sentait pas soutenus. Maintenant, on l'est et on espère donc donner du plaisir à nos supporters, samedi soir.

 

Le Stade de France est un vrai chaudron depuis l'automne. Ça change, non ?

À une période, c'est vrai que c'était parfois moins garni. On était aussi pas mal critiqués. Ce renouveau est beau mais il ne faut pas s'emballer. Si on tombe ce week-end, ce sera beaucoup moins drôle...

 

Quelle opinion avez-vous enfin de Marcus Smith, le maître à jouer du XV de la Rose ?

C'est un super joueur . Mais avec Romain Ntamack, nous n'avons pas à rougir.  

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?