Jaco Peyper pour mettre du piment

  • Jaco Peyper arbitrera le Crunch France - Angleterre de samedi
    Jaco Peyper arbitrera le Crunch France - Angleterre de samedi Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Arbitre du quart de finale perdu de la dernière coupe du Monde, qui avait opposé la France et le pays de Galles, le sud-africain Jaco Peyper avait ensuite été photographié avec des supporters du XV du poireau. Un cliché qui avait déclenché une énorme polémique. Trois ans après, il va de nouveau diriger les Bleus, ce samedi.

C’est l’histoire d’un mec qui fait une photo. Coluche aurait certainement démarré comme ça. Elle pourrait véritablement débuter de cette manière, cette histoire, tant elle tient de la blague. Mais dans le monde actuel, le trait d’humour est vite rattrapé par la bien-pensance, le second degré est laminé sur le terrain des réseaux sociaux. L’histoire de cette blague, la voici : le 19 octobre 2019, l’arbitre Jaco Peyper quitte l’Oita Bank Dome avec la satisfaction du travail bien fait. Le quart de finale de la Coupe du monde entre la France et le pays de Galles vient de livrer son verdict. Le Sud-Africain n’a pas eu la partie facile en sortant un carton rouge contre Sébastien Vahaamahina et avec un arbitrage vidéo des plus complexes, pour valider l’essai qui a finalement envoyé les Gallois en demi-finale. «Jaco avait très bien arbitré ce quart de finale de Coupe du monde. Le carton rouge était incontestable», reconnaît aujourd’hui Joël Jutge, devenu le patron des arbitres à World Rugby en novembre 2020.

Peyper peut donc aller dormir sur ses deux oreilles, tout en imaginant la suite de la compétition. Mais l’histoire va retenir que l’arbitre sud-africain s’est laissé aller à faire une photo en sortant du stade. Une photo en compagnie de plusieurs supporters gallois, où tout le monde s’amuse à mimer le coup de coude du deuxième ligne clermontois. Pendant que le Japon dort, la France du rugby s’embrase. Arnaud Coudry, journaliste au Figaro, a craqué l’allumette sans le savoir : «Ce soir-là, je finis de travailler dans ma chambre d’hôtel et je descends dans le hall. Je retrouve plusieurs confrères. Trois ou quatre supporters français sont aussi là, dont un vêtu avec un costume de Napoléon.» 

La petite troupe décide de prendre un verre dans Oita. «Je discute avec Fabien Heuzé, le fameux Napoléon et il me parle d’une photo, sort son portable et me la montre.» Le supporter français a vu la scène avec Jaco Peyper et a demandé à l’auteur du cliché, anglais de son état, de lui envoyer sur son portable. «La photo me fait marrer, poursuit Arnaud Coudry. qui couvrait au Japon sa troisième Coupe du monde. Je lui demande si je peux la partager sur les réseaux sociaux. Je trouvais l’image vraiment marrante, dans l’esprit rugby. C’était simplement un peu de chambrage, qui pouvait faire sourire. Il doit être 16 ou 17 heures en France et, de mon côté, je vais me coucher. Le lendemain matin, j’allume mon téléphone et c’est la folie des notifications. Ça n’arrêtait pas. C’était un flux ininterrompu.»

Jaco Peyper dans un bel hommage à Vahaamahina. Photo de Fabien Heuzé pic.twitter.com/g5vo93413s

— Arnaud Coudry (@ArnaudCoudry) October 20, 2019

Peyper écarté

La blague ne fait pas rire dans l’Hexagone et les réseaux sociaux permettent à la photo de faire un inattendu tour du monde. Et de déclencher une énorme polémique. «Le matin, j’avais des amis qui m’envoyaient des captures écran des chaînes info qui diffusaient mon tweet. C’était du grand n’importe quoi. L’émission Quotidien me contacte aussi. Je reçois des messages de médias anglais, australiens, du monde entier qui me demandent s’ils peuvent reprendre la photo. Je ne me rendais pas compte que ça allait prendre de telles proportions, pour un si petit chambrage.» 

La blague devient une affaire et Bernard Laporte monte au créneau : «Quand on voit ça, c’est choquant et même inadmissible. On se moque de Sébastien Vahaamahina et de la France. Je crois que ça mérite une lourde sanction car un arbitre doit être exemplaire en dehors et sur le terrain.» World Rugby doit aussi se saisir du dossier. Un communiqué tombe : «Jaco Peyper reconnaît que la photo prise de lui en compagnie de supporters gallois, qui a circulé sur les réseaux sociaux suite au quart de finale entre le pays de Galles et la France, était déplacée et il s’est excusé.» Mais après le communiqué, c’est la sanction qui tombe. L’arbitre sud-africain est écarté des demi-finales alors que World Rugby lance une enquête plus approfondie. «Je ne voulais pas nuire à Jaco Peyper, s’excuse Arnaud Coudry. Quand j’apprends qu’il est suspendu pour les demi-finales, je suis ennuyé. Je ne pensais pas qu’il pouvait être sanctionné de la sorte. Que des gens seraient énervés contre lui.»

Une première photo avec des supporters français

De son côté, World Rugby mène l’enquête et veut savoir comment un de ses meilleurs arbitres a pu se laisser emporter dans un tel tourbillon, de l’avis impitoyable des internautes anonymes. Elle permet d’établir une chronologie qui raconte une histoire différente : des supporters tricolores sont allés à la rencontre de Jaco Peyper et lui ont poliment demandé des explications sur l’arbitrage vidéo, conduisant à l’essai de la victoire en faveur du pays de Galles. «Jaco Peyper est surpris de voir les Français si respectueux de sa décision. Ils sont sympas, compréhensifs et souhaitent simplement des précisions sur la règle, sur ce possible en-avant», raconte Joël Jutge. Peyper relâche son attention et accepte de faire une photo. «Une première photo a été faite avec des supporters français, explique Joël Jutge. C’est exactement la même pose. Nous l’avons vue, nous l’avons eue en notre possession.» Des supporters gallois, amusés, viennent alors demander s’ils peuvent faire la même photo. «C’est malheureusement celle-là qui a été diffusée. C’était une grande maladresse de sa part. Il l’a reconnue. C’était regrettable d’avoir fait ça mais il aurait été bien que tout le monde voie les deux photos. Ça aurait été plus juste. Il est dommage que peu de gens savent que cette première photo existe, avec les supporters français.»

Jaco Peyper est pourtant un avocat, qui exerce son métier quand il ne joue pas du sifflet. Il est bien conscient des répercussions que peuvent avoir des actes parfois anodins. Son relâchement de quelques secondes s’est transformé en buzz mondial. Il quitte alors le Japon et la Coupe du monde sur cette fausse note, avec l’impression d’être un paria et en sachant que la France ne veut plus de lui. «Après le Mondial, il y a eu des discussions avec des responsables français qui n’ont aucun doute sur l’intégrité de Jaco Peyper», poursuit Joël Jutge, qui a désigné le Sud-Africain pour officier lors de ce crunch du Tournoi 2022, comme il l’avait déjà fait en 2021 - sans que cela ne se réalise, en raison de la crise sanitaire. «Il était impensable qu’il n’arbitre plus la France. Jaco est un de nos meilleurs éléments. Il y a eu de la distance puisque trois années se sont écoulées. Il est temps d’aller de l’avant. Jaco Peyper a été très bon en novembre lors de la rencontre entre l’Angleterre et l’Australie. Il a de nouveau été très bon dans ce 6 Nations, lors du match entre l’Irlande et le pays de Galles. Pour World Rugby, c’est une bonne désignation.»

Important avant 2023

Pour le XV de France aussi. Il est temps de sceller les retrouvailles. Si la blague n’a pas fait rire, Jaco Peyper est certainement celui qui en a le plus souffert. Il ne faut pas l’oublier. «Il a reconnu qu’il avait été malchanceux et imprudent. Il a surtout été très affecté, très marqué, se souvient Joël Jutge. Heureusement, c’est un mec très solide, physiquement et mentalement. Ça fait partie du rôle d’arbitre. Tous ceux que vous voyez au niveau international ont eu des histoires. C’est le haut niveau. Il faut digérer, évacuer et repartir. Il est passé à autre chose. Romain Poite et Jérôme Garcès ont eu des problèmes avec des équipes nationales. Il y a toujours des choses comme ça. C’est notre rôle, à World Rugby, de reconnecter les arbitres avec les nations avec lesquelles ils ont eu des problèmes.» C’est même essentiel pour le XV de France, à un an de la Coupe du monde sur son sol.

Il est temps de solder les comptes pour arriver sans arrière-pensée à cet événement majeur. Et ce n’est pas anecdotique si Jaco Peyper, au centre du terrain lors de deux matchs de ce Tournoi des 6 Nations 2022, a retrouvé les Gallois et les Français. «C’est un des meilleurs arbitres du circuit, très bien coté et le compétiteur qu’il est postulera pour une sélection à la Coupe du monde. Il est important que les équipes majeures aient un lien avec lui», conclut Joël Jutge, en faisant preuve de pédagogie. Il est temps d’enterrer les rancœurs pour éviter une perception altérée avant la Coupe du monde, où tout ce petit monde devrait se retrouver. Sans penser à Oita, sans penser à ce lever de coude qui, au final, n’aura pas fait descendre la pression comme de coutume en troisième mi-temps.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas AUGOT
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?