TOURNOI DES NATIONS - L’Irlande doit d’abord vaincre, puis espérer

  • Tadhg Furlong, en difficulté face aux Anglais et notamment son vis-à-vis Ellis Genge, doit prouver qu’il est toujours le meilleur pilier droit de la planète. Photo Icon Sport
    Tadhg Furlong, en difficulté face aux Anglais et notamment son vis-à-vis Ellis Genge, doit prouver qu’il est toujours le meilleur pilier droit de la planète. Photo Icon Sport
Publié le

Même si elle n’a plus son destin en mains pour la victoire finale, l’Irlande et surtout sa mêlée veulent prouver que la défaillance de la semaine dernière, à Twickenham, n’était qu’un accident de parcours.

Les images étaient si surréalistes que l’on avait du mal à y croire. Lesquelles ? Celles montrant le droitier irlandais Tadhg Furlong se faire martyriser en mêlée fermée par le gaucher anglais Ellis Genge. Et au-delà du simple cas de Furlong - qui, cela dit, était déjà un évènement puisqu’il est considéré à juste titre comme l’un des meilleurs droitiers de la planète - c’est toute la première ligne irlandaise qui a vécu un calvaire samedi dernier, concédant pas moins de six pénalités et un bras cassé dans l’exercice.

"Notre mêlée n’est pas devenue mauvaise en une nuit"

Forcément, les Irlandais ont passé le début de semaine à comprendre ce qu’il s’était passé : "Nous avons eu un retour de la part des arbitres, ainsi que des entraîneurs, confirmait le talonneur remplaçant Rob Herring. J’ai l’impression que plusieurs décisions étaient du 50/50, et que certaines auraient pu être en notre faveur un autre jour. Cela dit, nous ne pouvons nous évaluer par rapport à ces décisions. Tout ce que l’on peut faire et contrôler, c’est de donner la meilleure image possible à notre mêlée. Le week-end dernier, nous n’avons pas donné une bonne image, et les décisions mitigées sont tombées contre nous. Ces pénalités ont permis aux Anglais de nous remettre sous pression par moments. C’est une bonne leçon pour nous. Cela va nous faire progresser." Pour autant, et si l’on croit le talonneur, cette faillite demeure passagère, et n’a entamé en rien la confiance des Irlandais dans cet exercice : "Nous avons une très bonne mêlée, et nous le démontrons depuis des années. Elle ne cesse de progresser. Elle fait partie des meilleures du monde, et elle n’est pas devenue mauvaise en une nuit."

Une sixième triple couronne dans le viseur

Au-delà de cet aspect, les Irlandais vont se battre pour un titre. Comme ils jouent avant les Français, ils n’ont pas leur destin entre les mains concernant la victoire du Tournoi. En revanche, ils peuvent remporter la Triple Couronne. Un trophée méconnu de notre côté de la Manche pour la simple et bonne raison qu’il ne nous concerne pas, puisqu’il revient à l’une des quatre équipes que sont l’écosse, l’Angleterre, l’Irlande et le pays de Galles qui remporte tous ses matchs contre les autres nations. Les Irlandais sont les derniers à être en position d’emporter ce qui serait leur sixième Triple Couronne dans le Tournoi des 6 Nations, et la douzième depuis la création de la compétition.

Malgré leur victoire contre les Anglais, les écossais ne peuvent y prétendre puisqu’ils ont perdu de peu contre le pays de Galles à Cardiff pour le compte de la 2e journée (20-17). De toute façon, l’histoire ne plaidait pas en faveur d’une victoire écossaise, puisque la sélection dirigée par Greg Townsend ne s’est pas imposée en Irlande depuis 2010. Les Celtes savent donc ce qui les attend à Dublin, mais veulent montrer un meilleur visage que face à l’Italie : "Malgré la victoire bonifiée, le groupe a le sentiment qu’il est capable de faire bien mieux que cela, notamment au niveau de ces deux derniers essais encaissés en fin de rencontre", expliquait le troisième ligne centre Matt Fagerson.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?