Les Bleuets doivent assurer pour rêver

  • B21I7780.JPGÉmilien Gailleton, Enzo Reybier et les Bleuets veulent gagner contre les Anglais pour conserver leur deuxième place et espérer un faux pas des Irlandais face à l’écosse.
    B21I7780.JPGÉmilien Gailleton, Enzo Reybier et les Bleuets veulent gagner contre les Anglais pour conserver leur deuxième place et espérer un faux pas des Irlandais face à l’écosse. Photos Midi Olympique - Patrick Derewiany - Photos Midi Olympique - Patrick Derewiany
Publié le

Ce dimanche soir à Aimé-Giral, les jeunes français ont l’occasion de terminer sur une bonne note ce Tournoi 2022. Même si les chances de victoire finale sont minces, un succès face à l’Angleterre n’est jamais de trop.

Dans le sport, on ne peut pas toujours tout maîtriser. L’équipe de France des moins de 20 ans en fait l’expérience. Il faudrait un vrai miracle pour que les Irlandais ne trébuchent à domicile face à de faibles écossais pour entrouvrir la porte d’un potentiel titre pour les Bleuets. Les chances de victoire finale sont minces, mais un Crunch n’est jamais à galvauder quel qu’en soit le contexte. Sur le terrain d’un stade Aimé-Giral chauffé à blanc, les jeunes tricolores ont l’occasion de terminer de la meilleure des manières ce Tournoi des 6 Nations 2022. D’autant plus qu’avant toute chose, il y a une deuxième place à assurer comme l’explique Jean-Marc Béderède : « Il faut gagner pour, dans un premier temps, ne pas avoir de regrets mais surtout pour confirmer notre place actuelle. » Alors les Bleuets se focalisent sur leur performance et ne préfèrent pas trop penser à ce qu’il se passera du côté de Dublin. « Nous sommes concentrés sur notre match, confirme le manager général français. Le but est de terminer avec une quatrième victoire notre compétition. Un match contre l’Angleterre, ça ne se prépare jamais à moitié ou en pensant à autre chose. »
 

Retrouver (enfin) de la discipline

Nous avons un peu l’impression de nous répéter chaque semaine, mais depuis le début du Tournoi, les Bleuets se montrent très indisciplinés. En Écosse, ils ont terminé à treize contre quinze après deux cartons rouges, rebelote face aux Gallois la semaine passée avec deux cartons jaunes écopés quasiment simultanément. Un problème à rapidement régler pour le staff français : « Nous avons bien analysé les vingt minutes compliquées que nous avons vécues au pays de Galles. Il faut que l’on maîtrise beaucoup plus les choses, on se laisse trop facilement déborder par nos adversaires qui nous poussent logiquement à la faute. » Si infériorité il venait à y avoir ce dimanche soir face au XV de la Rose, cela pourrait coûter très cher face à une formation qui débarque en France avec la volonté de piquer la deuxième place aux Bleuets et de gâcher une fête programmée dans l’antre d’Aimé-Giral.
 

L’Angleterre, cette bête noire

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Lors des dix derniers affrontements dans le Tournoi entre l’Angleterre et la France, les Bleuets en sont sortis vainqueurs à seulement trois reprises. Pire, ils n’ont plus gagné face à leurs homologues du XV de la Rose depuis 2016, vous avez dit bête noire ? « Il est vrai que ces Anglais nous réussissent très peu ces dernières saisons dans le 6 Nations, avoue Jean-Marc Béderède. C’est toujours une équipe très compétitive, qui peut gagner contre toutes les nations de la planète. » Seul avantage, dans les catégories jeunes, les effectifs n’ont rien à voir d’une année à une autre, cette équipe de France doit forcer son destin face à l’ennemi de toujours : « Mon groupe doit s’écrire sa propre histoire. Une victoire face à l’Angleterre marquerait les esprits, ils en sont capables, à eux de le faire désormais ! » Niveau effectif, le demi d’ouverture Émile Dayral, sorti à cause d’une commotion au pays de Galles, est forfait pour cette rencontre. De même pour Romain Fonnicola, qui souffre d’une entorse de la cheville. Dans le pack, les cadres comme Killian Tixeront, Théo Ntamack ou encore Matis Perchaud seront bien là pour tenter de faire tomber cet adversaire si coriace.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Vincent Franco.
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?