O'Gara : «Le groupe a besoin de plus de battants»

  • Ronan O'Gara : «Le groupe a besoin de plus de battants»
    Ronan O'Gara : «Le groupe a besoin de plus de battants» Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Ronan O’Gara (Manager de La Rochelle) - Devant la presse, sonné par le scénario du match, l’irlandais a fait sa dure autocritique en n’épargnant pas ses joueurs. À coup sûr, le déplacement à Toulon marque un point de bascule dans la saison des Maritimes.

Vous avez encaissé votre plus sévère défaite de la saison, est-ce que vous considérez ce résultat comme une grosse claque ?

Oui. C’est une grande déception. C’est dangereux d’utiliser le mot honte, mais je pense que pour nous, les supporters, les gens qui sont touchés par le Stade rochelais, ce n’est pas nous. C’est horrible de montrer ça. Si c’est ça notre meilleure représentation des choses, nous sommes en danger. C’est ma responsabilité, pas celle des joueurs, car c’est moi qui ai créé l’état d’esprit pour ce match. En Top 14, l’agressivité et le combat sont des ingrédients primordiaux à l’extérieur.

Qu’est-ce qu’il vous a manqué pour rivaliser avec Toulon ?

La vitesse, l’agressivité, la précision, ce qui fait que c’est facile de comprendre où on en est maintenant. Bizarrement, après soixante minutes, on a que treize points de retard (24-11, N.D.L.R.), tout est possible. Mais c’est hyper décevant. On était en train d’accélérer, avec trois victoires, mais c’est quoi, ça ? C’est à moi de me regarder dans la glace et de revenir avec des solutions lundi. Parce que peut-être que notre saison sera terminée samedi prochain (avec la réception du Racing 92 le 26 mars). S’il y a une révolte, c’est intéressant, peut-être qu’on mérite d’être dans les six. Mais si c’est comme ça, la saison ne se terminera pas avec grand-chose.

Avec ce match en retard, vous auriez pu être troisièmes du Top 14…

La plus grande faute que j’ai commise, la semaine dernière, c’est de leur montrer cela. Je suis toujours en train d’apprendre. Le groupe a besoin de plus de battants, je n’ai pas créé les bonnes conditions en pensant que Toulon joue pour le maintien. Mais non, Toulon est une grande équipe, une bonne équipe, elle a faim, elle nous a montré ce qu’est le rugby. On a mis des bras, pas des épaules, en défense. Contre les Toulonnais, il faut les deux épaules, on ne les a pas utilisées. On n’était pas intéressé par l’idée de se faire mal.

C’est la fin de la période des doublons, La Rochelle a été touchée par le manque de leaders. Est-ce que votre équipe n’est-elle pas trop dépendante de certains joueurs ?

Ça, c’est quelque chose que j’aimerais changer. C’est la prochaine étape pour cette équipe. On ne va jamais progresser si on a besoin de Uini (Atonio), Will, Greg (Aldritt), Brice (Dulin), Jonathan (Danty), Jules (Favre)… Ce n’est pas ça, le Top 14. C’est pour cela que je suis très triste, ce soir. Parce qu’avec ce groupe, j’avais les bons signaux, malheureusement, ce n’était que des mots.

Quelle stratégie allez-vous adopter désormais et comment allez-vous gérer le retour de vos leaders ?

J’y ai déjà réfléchi cent fois, j’avais imaginé quarante choses, mais je n’avais pas prévu la quarante et unième, ce cauchemar. Pour moi, après cette défaite, tout recommence à zéro. Avec le staff, on se retrouve avec une feuille blanche.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathias Merlo
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?