Toulon, au bonheur de la ligne des arrières

  • Toulon, au bonheur de la ligne des arrières
    Toulon, au bonheur de la ligne des arrières Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Auteurs des quatres essais varois, les trois-quarts ont ralllumé la lumière à Mayol. À l'image de l'équipe, ils se libèrent et montent en puissance. La patte Azéma prend forme. 

Aux bons résultats obtenus ces dernières semaines, le RC Toulon a cette fois ajouté la manière. Besagne tient enfin son fameux match… référence ! Dans un Mayol incandescent, les protégés d’Azéma ont offert un véritable récital en donnant le tournis à Botia, et ses comparses. Vous dites ? Grâce à un paquet d’avants brûlant d’agressivité, le RCT a lâché la cavalerie pour valider un troisième bonus offensif en Top 14, le deuxième en trois journées (Biarritz et La Rochelle). Le ballon dans les mains, les arrières du RCT ont gagné 428 mètres, sur 499 ! En face, les Rochelais, sous l’entièreté de l’effectif, en ont parcouru seulement 256.

Dominant de bout en bout, chaque Toulonnais a remporté ses duels. Dans cette statistique, Aymeric Luc a excellé avec onze adversaires battus. «À l’arrière, on a eu des ballons avec un peu plus d’aisance grâce à la pression mise par le rideau, a analysé de façon modeste le protagoniste. C’est un travail d’équipe même si on voit forcément plus le relanceur. J’ai pris beaucoup de plaisir.» L’ex-Bayonnais a offert le bouquet final du feu d’artifice en validant le point de bonus aux siens sur une offrande de Carbonel (78e, lire ci-dessous).

Carbonel, le retour de la force tranquille

Justement, le «P’tit Louis» aura lui aussi causé des remous en éliminant cinq Rochelais. «Libéré», selon ses termes, depuis qu’il a pris la décision de rejoindre Montpellier, le demi d’ouverture a scintillé au pied (21 points, 7/8 face aux perches) et dans le jeu. «Il a fait un très bon match, a noté Julien Dupuy. Il a fait jouer les autres et petit à petit, il était moins surveillé. Il a pris les espaces qui s’offraient à lui. Il a été très bon dans son rôle d’organisateur et de buteur. J’ai trouvé l’équipe en confiance, les trois-quarts se sont lâchés aussi.»

Pour se libérer, comme souvent ces dernières semaines du côté de Besagne, les Rouge et Noir s’en sont remis à Paia’aua. Depuis son retour, l’Australien met de la graisse dans les rouages. À la réception d’une claquette de Liebenberg, il s’est montré plus prompt que Leyds pour filer, au terme d’une course de cinquante mètres, le menant à dam (22e). Cet écart ne sera jamais comblé, au mieux, les Rochelais reviendront à huit longueurs de leur hôte.

Kolbe s’est présenté à Mayol

Et quand les Maritimes ont été plus pressants, un champion du monde, acheté à prix d’or, est sorti du chapeau. Discret depuis son arrivée en Rade, Kolbe a frappé deux fois, en vingt minutes, démontrant l’étendue de sa panoplie. Après un essai en coin estampillé du sceau de finisseur (54e), le champion de France et d’Europe a offert un premier chef-d’œuvre à son nouveau public. Vous avez dit déclic ?

Au sortir d’une croisée avec «Carbo», l’ex-Toulousain a crocheté Leyds avant de laisser pantois trois Maritimes d’un inspiré coup de pied par-dessus pour lui-même.

Un saut de l’ange plus tard (73e), il signait son premier doublé en Rouge et Noir frappé du muguet au cœur. «Quand l’équipe fonctionne, les individualités en ressortent, a exposé Dupuy. On sait qu’il est capable de marquer. C’est très bien. Le trio du fond a été très performant ce soir donc ça prouve qu’ils bossent bien tous les trois et quand le collectif marche, on est plutôt bon. Ça vient du collectif et de la confiance.»

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Mathias MERLO
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?