L'enseignement du week-end en Top 14 : une qualification toujours plus ouverte

  • Les Rochelais de Rémi Bourdeau ont loupé le coche sur la pelouse de Toulon.
    Les Rochelais de Rémi Bourdeau ont loupé le coche sur la pelouse de Toulon. Icon Sport
Publié le

Les résultats des matchs en retard n’ont rien permis de décanter : à six journées du terme de la phase régulière, la course au top 6 reste entière.

Au milieu de l’hiver, quand la vague omicron frappait la France et entraînait la multiplication des reports de matchs, l’idée naissait d’un classement illisible et d’une course à la qualification dont on distinguerait nettement mieux les hiérarchies une fois les calendriers remis à jour. Vous savez quoi ? Il n’en est rien.
Ce week-end, avec Toulon-La Rochelle samedi et Toulouse-Montpellier dimanche, le Top 14 est donc revenu à l’équilibre. Plus aucun match en retard à déplorer. Le classement, pour autant, reste tout aussi serré. Bien malin qui peut dire, en ce premier jour du printemps 2022, qui seront les six qualifiés en mai prochain et dans quel ordre. Pourtant, il ne reste plus que six journées de phase régulière…

Toulouse et Bordeaux n’ont pas tenu le choc des doublons

En haut du classement, le MHR a profité de cet hiver, d’un effectif peu impacté par les échéances internationales et d’une superbe série de dix victoires en douze matchs (une seule défaite, à Castres) pour prendre les commandes. Sa défaite ce dimanche à Ernest-Wallon ne change rien à sa position. Sans faire de bruit, les Héraultais s’affirment comme des candidats sérieux aux demi-finales et, un peu plus loin, au sacre final en Top 14. Une situation également rendue possible par le sérieux coup de moins bien des deux clubs qui, jusque-là, occupaient le devant de la scène: tous les deux fortement impactés par les doublons, avec des joueurs cadres absents, l’UBB et le Stade toulousain ont craqué cet hiver. Cinq défaites consécutives pour le premier, sept défaites en huit matchs pour le second. Bordelais et Toulousains ont dilapidé leur avance. Les champions de France se retrouvent même à la lutte dans la course au top 6. A ce titre leur victoire, ce dimanche, est un bon bol d’air.

La Rochelle se complique la tâche

Toujours dans cette course au top 6, pour laquelle neuf clubs peuvent encore se sentir concernés (cela paraît bien loin pour Toulon et Pau, à moins d’une folle fin de saison…), La Rochelle a fait la très mauvaise opération du week-end. La gifle reçue sur la pelouse de Mayol (41-11) pourrait laisser des traces. « C’est horrible de montrer ça. Si c’est ça notre meilleure représentation des choses, nous sommes en danger » reconnaissait Ronan O’Gara dans les colonnes de Sud Ouest. Avant une claire montée en pression, dans l’optique de la prochaine réception du Racing 92 : « Peut-être que notre saison sera terminée samedi prochain. S’il y a une révolte, c’est intéressant, peut-être qu’on mérite d’être dans les 6. Mais si c’est comme ça, la saison ne se terminera pas avec grand-chose. »
 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?