Antoine Hastoy devient multi-tâches

  • Antoine Hastoy a encore de belles échéances à jouer avec la Section paloise.
    Antoine Hastoy a encore de belles échéances à jouer avec la Section paloise. Icon Sport - Anthony Dibon
Publié le

Le demi d’ouverture de la Section paloise Antoine Hastoy a enchaîné les allers-retours à Marcoussis avec les Bleus, tout en dépannant à l’arrière en club.

Comme l’ensemble du rugby français, Antoine Hastoy était devant sa télévision samedi dernier, savourant le grand chelem tricolore. Le demi d’ouverture de la Section paloise était en tribune au Principality Stadium de Cardiff une semaine plus tôt, avec le blazer de la Fédération, lui qui a fait partie du groupe France élargi. "J’ai vibré comme tout le monde, raconte le Palois. C’était énorme. Je n’ai fait que les entraînements et une seule semaine complète avec les Bleus, donc je n’ai pas le sentiment d’avoir participé. En revanche, ça donne envie de rester avec l’équipe de France."

Une période où il a changé de maillot en cours de semaine pour intégrer le collectif palois le week-end, avec à la clé une superbe victoire à Chaban-Delmas. "De l’extérieur, on peut penser que c’est fatiguant de faire tous ces allers retours, mais je ne l’ai pas du tout vécu comme ça de l’intérieur. C’était vraiment top. C’était une chance de participer aux dix jours de stage à Cassis avant le match face à l’Italie. Ça m’a donné une mini préparation avant de retrouver le Top 14. Je me sentais en forme et bien pour performer en club. Je trouve que cette période m’a été bénéfique."

Bien finir avec Pau

Pourtant, les problématiques étaient multiples puisque si Antoine Hastoy a dû alterner les projets de jeu, il a aussi dû trouver de nouveaux repères en club. En effet, la Section paloise a dû faire face à de nombreuses absences au sein de sa ligne offensive entre les blessures et les suspensions. Le staff technique a donc dû replacer son ouvreur numéro un à l’arrière. "C’est toujours bien d’alterner sur deux postes, même si ma préférence est de jouer en dix. Mais ça ne peut être que bénéfique pour mon jeu mais aussi pour l’équipe car j’ai l’impression que ça nous amène quelque chose en plus en ayant deux ouvreurs sur la pelouse. Ça permet de déplacer un peu plus le ballon et j’ai l’habitude de prendre des décisions. C’est peut-être plus simple pour aérer le jeu et offrir une plus large palette de jeu au pied pour mettre à mal le troisième rideau adverse. Je trouve ça bien, et si je devais être amené à jouer encore en quinze, je le ferais avec plaisir." D’autant plus que le staff de l’équipe de France ne serait pas insensible à cette polyvalence. C’est ainsi que le Toulousain Thomas Ramos est devenu précieux sur un banc de remplaçants avec seulement deux trois-quarts. "À l’entraînement avec les Bleus, j’ai toujours été placé en numéro 10. Mais après mes deux matchs à l’arrière, le staff m’a dit que c’était bien et de continuer comme ça." En attendant, Antoine Hastoy est concentré sur les deux prochains matchs avec la Section paloise, où il a envie de bien finir avant de partir sous de nouveaux horizons : "Les deux matchs qui viennent face à Perpignan puis à Biarritz vont être très importants au niveau du classement. Avant les vacances, nous avons besoin de deux victoires face à des équipes qui sont derrière nous. On verra après ce que nous aurons à jouer lors des quatre derniers matchs. On y verra alors plus clair."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?