Insieme Italia !

  • L'équipe italienne face à leurs homologues irlandaises lors du précédent tournoi des Six Nations
    L'équipe italienne face à leurs homologues irlandaises lors du précédent tournoi des Six Nations Sportsfile / Icon Sport - Sportsfile / Icon Sport
Publié le

En quelques années, l’Italie est devenue une nation sérieuse du rugby européen qui sait tendre des pièges, notamment aux Françaises. Les Azuréennes débarquent à Grenoble gonflées à bloc.

Elles aussi entreront sur la pelouse du Stade des Alpes avec le plein de confiance. La dernière fois qu’elles ont porté ce maillot azur, c’était en septembre, lors du tournoi qualificatif qui voyait les Transalpines défier, l’Irlande, l’Écosse et l’Espagne, pour se disputer le dernier billet réservé au vieux continent pour le mondial Néo-Zélandais. Ce sont les Italiennes qui repartaient avec ce précieux ticket. «C’était un moment magique, reprend la troisième ligne du Stade toulousain Valeria Fedrighi. Pour le rugby italien mais aussi pour chacune de nos vies. Maintenant, ça fait un moment que nous n’avons pas joué. Nous n’avons pas fait de tournée, à l’automne. L’équipe se rassemble très souvent sur des gros week-ends de trois jours, mais les expatriées comme moi n’y participent pas, car c’est trop compliqué.» En effet, elles sont une petite poignée à avoir franchi les Alpes pour intégrer le prestigieux championnat de France. On y retrouve Melissà Bettoni du Stade rennais, ou encore les deux Romagnatoises, championnes de France en titre, Francesca Sgorbini (touchée au genou) et Sara Tounesi. Cette dernière nous livre la clé du succès italien : «Notre force, c’est notre groupe. Ça peut paraître cliché, mais cette sélection est vraiment une famille. Le groupe s’est bâti autour d’une passion commune qui nous demande énormément de sacrifices. Nous ne sommes pas rémunérées, nous avons peu de moyens et malgré tout, ça crée des liens forts.» La Toulousaine poursuit : «C’est exactement ça, et on en a fait notre credo, tout le temps, partout, on se répète "Insieme !" (ensemble en Italien N.D.L.R».

Accrocheuses et caractérielles

À l’image des quatre expatriées, toutes issues du pack, la majeure partie de la bataille se jouera devant. «Nous sommes deux équipes latines, accrocheuses avec du caractère, reprend Tounesi. La clé sera notre défense et notre capacité à être suffisamment agressives pour les bousculer.» Fedrighi ajoute : «Pour comparer, la référence c’est l’Angleterre. On sait exactement ce qu’elles vont faire, mais ça cogne très fort, c’est réglé au millimètre et c’est quasiment impossible de les arrêter. À l’inverse, on ne sait jamais à quoi s’attendre face à la France. En touche par exemple, elles ont plein de solutions. Mais moi j’adore la touche et je vais tout faire pour les perturber» Les premiers textos de chambrage sont déjà partis entre partenaires de club. Nul doute que l’affect sera mis de côté pendant quatre-vingts minutes, pour une confrontation des plus âpres.

* Ensemble, Italie !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Baptiste Barbat
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?