Le Super Rugby Pacific respire à nouveau

  • Presque deux ans après sa dernière apparition en jaune et noir, l’international néo-zélandais TJ Perenara va refaire son apparition ce week-end sur les pelouses de Super Rugby avec la tunique des Hurricanes.
    Presque deux ans après sa dernière apparition en jaune et noir, l’international néo-zélandais TJ Perenara va refaire son apparition ce week-end sur les pelouses de Super Rugby avec la tunique des Hurricanes. Icon Sport - PA Images
Publié le

Gravement impacté par la pandémie avec des matchs reportés et des jauges limitées à cent spectateurs par le gouvernement néo-zélandais, le Super Rugby Pacific va retrouver ce week-end son public, avec la levée des restrictions qui prendra effet dès ce vendredi à minuit.

Le public néo-zélandais va enfin pouvoir retourner au stade. Ce mercredi, le gouvernement kiwi a annoncé, par le biais de sa Première ministre Jacinda Ardren, la levée des restrictions liées à la covid pour les évènements en extérieurs à partir de vendredi minuit. Cela signifie la levée de jauges dans les stades, avant la levée de l’obligation de présenter un passe vaccinal le 4 avril. Les masques ne sont également plus exigés. Les stades vont donc retrouver leurs sourires et un certain degré d’animation. Car jusqu’à maintenant, le Super Rugby Pacific a été largement perturbé par la pandémie. La semaine dernière, un seul des trois matchs de la conférence néo-zélandaise a pu se tenir : les Chiefs d’Hamilton ont facilement disposé des Moana Pasifika à Auckland, sur le score de 59 à 12. Les seconds cités avaient été les premiers à connaître une flambée de cas de covid dans leurs rangs, provoquant même le report du match inaugural contre les Blues d’Auckland à l’Eden Park. Depuis, d’autres franchises ont été touchées et nombre de rencontres ont été reportées.

Les stades sonnaient vraiment creux aussi : jusqu’alors, les restrictions du gouvernement n’autorisaient que cent spectateurs dans l’enceinte. Et les dirigeants des franchises de Super Rugby commençaient à paniquer en faisant leurs comptes : le directeur exécutif des Chiefs, Michael Collins, estimait les pertes financières à 500 000 $ néo-zélandais (317 000 € environ) pour chaque match à domicile disputé dans ces conditions : "C’est le coup que l’on prenait à chaque fois, oui. Dans ces conditions, on essaie de réduire les coûts, partout où on peut, pour survivre, simplement. Ces trois dernières années ont été difficiles mais cette année plus particulièrement." Des discours qui nous rappellent de bien mauvais souvenirs, quand les clubs de Top 14 appelaient à l’aide pour faire face à des problèmes similaires lors des confinements. Soulagé de l’annonce de sa Première ministre, Collins a soulevé : "Cette décision va avoir un impact immense pour nous, c’est un vrai soulagement."

Perenana, 596 jours après

Malheureusement pour eux, les Hurricanes vont encore devoir faire sans leurs fans puisqu’ils vont affronter, ce vendredi soir à 19 h 05 locales (7 h 05 en France), les Moana Pasifika au Mount Smart Stadium d’Auckland, soit cinq heures avant la levée des restrictions. Dommage pour la formation de Wellington, qui fêtera le retour dans ses rangs de l’un de ses joueurs les plus emblématiques : le demi de mêlée all black TJ Perenara qui va rejouer sous ses anciennes couleurs, 596 jours après. Une longue absence qui s’explique par une saison effectuée au Japon, avec les NTT Docomo Red Hurricanes et une blessure au genou gauche subie durant la présaison. Entre-temps, Perenara avait aussi défrayé la chronique en annonçant sa volonté de passer à XIII, avant de changer d’avis et de prolonger avec la NZRU jusqu’à la Coupe du monde 2023.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?