Un rêve de doublé pour le RC Bédarrides

  • Invaincus depuis le début de la saison, le RC Bédarrides espère jouer le Championnat de France.
    Invaincus depuis le début de la saison, le RC Bédarrides espère jouer le Championnat de France. DR
Publié le

Quatrième Série - D’abord équipe 3 de son prestigieux voisin, l’ASBC, le RC Bédarrides a pris son indépendance en 2019. Après deux années d’interruption, il vise un deuxième titre en Séries.

En 2019, avant les deux saisons tronquées, le RC Bédarrides avait remporté le bouclier de Quatrième Série de la Ligue Sud-Paca. Parviendra-t-il à renouer le fil et à réaliser le doublé à quelques années d’intervalles ? C’est le rêve, pas si secret, des Vauclusiens, enfin émancipés. En 2019, le titre avait été conquis en tant que troisième équipe de l’ASBC, le grand frère évoluant en Fédérale 1. Depuis le club, au prix notamment d’un combat juridique pour inciter la mairie à lui mettre à disposition des infrastructures, a acquis son indépendance. "L’équipe est née à l’initiative de Stéphane Réat pour permettre à des jeunes, n’ayant pas le niveau de la Fédérale 1, de pouvoir jouer, explique le président, David Gross. Beaucoup avaient arrêté ou étaient partis jouer à Monteux, Saint-Saturnin-lès-Avignon ou encore Les Angles."

L’ambition reste de proposer une autre offre de rugby dans le secteur où les équipes ne manquent pas. Il n’est pas question d’aller plus haut que les Séries, ni de fonder une école de rugby. "Le but n’est pas de faire de l’ombre à l’ASBC, poursuit le dirigeant. Il s’agit de proposer une autre solution aux joueurs n’ayant pas le niveau pour la Fédérale 1."

Aller plus loin

Cette saison, quarante-cinq seniors sont recensés au club et s’entraînent et jouent sous la houlette du coach, Samuel Lauzen, arrivé en 2019, quand le club a pris son envol seul. "C’est un groupe de collègues qui a joué ensemble plus jeunes et prend du plaisir ensemble, explique-t-il. L’objectif est de retrouver les valeurs de base du rugby. Il y a une génération de joueurs entre 33, 34 ans, et 44 ans, et une autre, plus jeune, de joueurs âgés de 19 à 24 ans. Les jeunes apportent leur fraîcheur et apprennent beaucoup au contact des plus vieux. Cela fait un beau mixte." Le seul casse-tête consiste à composer les équipes. Il n’y a pas d’équipes réserves à ce niveau. Avec les bons résultats, le retour des beaux jours et le parfum des phases finales, on se bouscule au portillon pour entrer sur le terrain le dimanche à 15 heures. Une vingtaine de joueurs doit rester en tribunes…

Tous espèrent que l’aventure ira le plus loin possible. Invaincue depuis le début de saison, l’équipe souhaite le rester le plus longtemps possible. "Le premier objectif était de terminer premier de notre poule, rappelle le coach. Le deuxième est de gagner la finale pour disputer le championnat de France. Mais il faut déjà gagner les quarts de finale ! Il ne faut pas se fier au classement des équipes. À ce niveau, entre les rassemblements, les ententes, les doubles licences, les surprises sont nombreuses…"

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?