Xavier Sadourny (Clermont) : "Franck a apporté de la fraîcheur à Toulon"

  • Xavier Sadourny (à droite) ne s'étonne pas de la nette amélioration du RCT
    Xavier Sadourny (à droite) ne s'étonne pas de la nette amélioration du RCT Icon Sport - Alexandre Dimou
Publié le

L'entraîneur des trois-quarts de Clermont Xavier Sadourny a bien connu Franck Azéma. Il décrit son apport au RCT depuis son arrivée.

Vous sortez de trois matchs "au couteau" remportés à domicile. Pensez-vous que le contexte de ce match à l’extérieur peut vous libérer un peu plus ?

Honnêtement, ça ne change pas grand-chose à nos semaines. C’est vrai que si nous avions perdu un seul de nos trois derniers matchs à la maison, on pouvait d’ores et déjà commencer à prévoir nos vacances. Mais on a réussi à bien se sortir de cette période, cela nous a permis de rester dans la course. On a enclenché une bonne dynamique qu’il s’agit de confirmer. Sur la période de trois matchs qui nous attend ces trois prochaines semaines, il y a aura ce déplacement à Toulon, un autre à Castres et, entre les deux, la réception de Brive. Pour nous, il s’agira au minimum de faire un deux sur trois sur ce bloc de matchs.

À quelles conditions imaginez-vous votre équipe se qualifier ?

Si on parvient à ne plus perdre à domicile d’ici la fin de la saison, avec une victoire à l’extérieur, on peut espérer se qualifier en comptant sur les résultats des autres. Avec deux (l’ASM se déplacera aussi à Biarritz, N.D.L.R.), je pense qu’on serait maîtres de notre destin.

Le problème est que vous affronterez Toulon au pire moment, celui où l’équipe semble s’être enfin lancée…

Avec tous les grands joueurs dont dispose le RCT, ça allait forcément gazer à un moment. Il s’agit d’une équipe qui a l’effectif pour prétendre au top 4. Ils ont surtout eu beaucoup de blessés qu’ils commencent à retrouver, ce n’est donc pas une surprise pour nous de les voir performer, d’autant que Franck leur a manifestement transmis de la fraîcheur, de l’enthousiasme.

Vous venez de prononcer le prénom qui sera au centre des attentions cette semaine en Auvergne… Face à un entraîneur qui connaît par cœur tous vos joueurs, le risque n’est-il pas pour eux de vouloir jouer contre nature ?

Non, franchement, il n’y a aucun risque par rapport à ça. Il est évident que Franck connaît parfaitement nos joueurs et leurs caractéristiques, mais il y a tellement de paramètres à prendre en compte dans un match de rugby que cela compte finalement très peu. Alors, on se concentre essentiellement sur notre jeu plutôt que sur nos adversaires, comme Toulon va d’ailleurs le faire toute la semaine. Franck va évidemment donner quelques infos à ses joueurs par rapport aux nôtres, mais cela ne peut pas faire de grosse différence.

Vous avez affronté et battu Franck Azéma pour son premier match sur le banc toulonnais, vous êtes en mesure d’aller chercher contre lui un résultat crucial pour la qualification… Est-ce le genre de détail auquel on se raccroche, pour se persuader de son destin ?

Personnellement, je ne fais pas trop gaffe à ce genre de trucs. Si certains peuvent le percevoir comme ça, c’est leur affaire… Tout ce que je sais, c’est que l’équipe que nous affronterons samedi sera très différente de celle qui s’était déplacée au Michelin. Ils ont retrouvé beaucoup de joueurs (Tolofua, Etzebeth, Alainu’uese, Isa, Parisse, Serin, Kolbe ou Wainiqolo étaient absents au match aller) et, depuis, Franck leur a redonné de l’entrain. Ce ne sera pas du tout le même Toulon.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?