L’Usap n’est pas près de rendre les armes

  • Matteo Rodor lors du match face à Pau
    Matteo Rodor lors du match face à Pau Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Après une entame ratée, les Perpignanais ont été proches de signer une remontée fantastique au Hameau. La preuve qu’il faudra compter avec eux jusqu’à la fin.

«Il y a de grandes chances que notre maintien passe par l’access match, oui...» Une petite demi-heure après le coup de sifflet final d’une défaite aussi encourageante que frustrante pour l’Usap, au Hameau, Patrick Arlettaz se projetait avec la franchise qu’on lui connaît sur la fin de saison de son équipe. Avec un constat lucide.

Au classement, Brive venait de porter son avantage à sept longueurs au classement grâce à son succès bonifié contre Castres. Dans le même temps, Perpignan avait laissé filer trois points précieux au terme d’une partie où elle avait affiché deux visages. Un avec et un autre sans ballon, pour résumer. «Notre entame a été catastrophique, on a regardé jouer les Palois», déplore Alan Brazo. «Quand l’on voit ce que l’on a réussi à mettre comme jeu pour revenir au score, on peut être frustré mais fier de notre caractère», poursuit Mateo Rodor. «Il faut se rappeler qu’à quinze minutes de la fin, nous étions menés de dix-sept points. Il ne faut pas se prendre pour d’autres. Repartir avec un point de Pau, c’est tout de même positif», reprend le troisième ligne.

Au révélateur montpelliérain

Au-delà des résultats du jour et des spéculations en tous genres, l’Usap a encore une fois prouvé qu’elle avait suffisamment de talent et de force collective pour aller chercher son maintien. Et qu’elle avait son destin en mains, quoi qu’il arrive. Que ce soit en doublant les Corréziens – avec trois réceptions en cinq journées dont un face-à-face très attendu le 30 avril – ou en dominant le finaliste du Pro D2, «ce qu’aucune équipe de Top 14 n’a encore réussi à faire», rappelait Patrick Arlettaz.

En attendant, les Sang et Or défieront le leader montpelliérain sur leurs terres samedi. Ils auront ainsi de nouveau l’occasion de se jauger face à une adversité de très haut niveau ; de se rapprocher de Brive, peut-être, au classement ; et, à tout le moins, de s’aguerrir en vue d’un possible match à la vie à la mort. En tout cas, les Béarnais peuvent en témoigner pour avoir vu leur avance de dix-sept points être réduite à peau de chagrin, samedi : la bande à Lemalu, Delguy et Lam croit plus que jamais fort en son destin.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?