L'Oscar de la semaine : Woki dans la droite lignée du Tournoi

  • Cameron Woki a été épatant face au Stade français avec le numéro quatre dans le dos.
    Cameron Woki a été épatant face au Stade français avec le numéro quatre dans le dos. Icon Sport
Publié le

Titularisé en deuxième ligne avec l'UBB, Cameron Woki a confirmé son excellente forme sur le terrain du Stade français. Le Bordelo-Bèglais est l'Oscar de la semaine !

Et si Cameron Woki était finalement l’élément déclencheur d’une réconciliation improbable entre Fabien Galthié et Christophe Urios ? Il est de notoriété publique que ces deux derniers ne s’apprécient guère, en témoigne la « giflette » infligée par le second au premier il y a quelques années, au cours d’une rencontre entre le RCT et le Castres olympique. Toujours est-il que dans la droite lignée de la transformation de Woki opérée par le patron du XV de France, le manager de l’UBB l’a imité et a aligné samedi le flanker pour la première fois en deuxième ligne sous les couleurs de l’UBB. Un choix gagnant.

Certes, le repositionnement s’est orchestré contraint et forcé par la litanie de blessés dont est victime le club bordelais en deuxième ligne. Mais force est de souligner la performance majuscule, encore une fois, de l’ancien Massicois. D’abord, c’est lui qui a remis son équipe sur le chemin de la victoire après une fin de première mi-temps un peu bégayée. Un essai en solitaire après une course de près de cinquante mètres, laissant loin derrière lui le troisième ligne parisien Sekou Macalou pourtant réputé pour sa pointe de vitesse. À croire que la fatigue engendrée par le Tournoi des 6Nations n’a pas de prise sur lui. Ensuite, parce qu’il a touché un nombre incalculable de ballons, sans jamais se défaire de sa précision et de son engagement.

Avec Maxime Lucu, ils se sont mis au service du collectif. Et bizarrement, l’UBB a renoué avec le succès. « J’avais très envie de revenir en club, a-t-il déclaré à l’issue de la rencontre au micro de nos confrères de Canal +. J’avais à cœur de faire un résultat ici. Je suis fatigué mais je donne tout et la fatigue passe au second plan. » En témoigne cette dernière course après le match en direction de la tribune où se trouvaient les supporters de l’UBB pour partager avec eux son bonheur.

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?