XV de France : des attaques « demi-terrain » pour une maxi efficacité

  • Les Tricolores ont su se montrer efficaces dans les zones de marque durant le Tournoi.
    Les Tricolores ont su se montrer efficaces dans les zones de marque durant le Tournoi. - PA Images / Icon Sport
Publié le

Redoutablement efficace dans leur "zone de conclusion", les Bleus le doivent à une organisation collective maîtrisée, qui réussit la gageure d’utiliser tous les joueurs en fonction leurs points forts, en concentrant la défense au centre pour mieux l’attaquer sur un demi-terrain.

C’était un des maux du XV de France depuis dix ans, dont on craignait qu’il finisse par ne jamais se débarrasser, sans jamais comprendre le pourquoi de la chose. On veut bien entendu parler de cette inefficacité critique dans les zones de marque où, à force de possessions stériles dans les 5 mètres adverses, les Bleus laissaient échapper match après match leurs chances de victoire. Entre manque de patience, stress et insuffisances individuelles, de nombreuses explications se sont succédé sans jamais convaincre. Avant que, bien aidés par les habiletés techniques des joueurs de l’actuelle génération, le staff des Bleus finisse par trouver la solution, en proposant à ses hommes une organisation collective idoine. Laquelle permet aux Bleus d’exprimer leurs qualités individuelles et de prendre des initiatives dans un cadre collectif ultra-défini, lorsque le XV de France entre dans ce qu’il nomme sa "zone de conclusion" entendez par là les 22 mètres adverses.

Ce cadre ? Les Bleus l’ont baptisé "jeu en black" dans leur projet. En clair, s’ils parviennent (après un lancement, une contre-attaque, un exploit individuel…) à entrer balle en main dans les 22 mètres adverses, les Bleus cherchent alors à se concentrer au milieu du terrain, où ils cherchent à pilonner l’adversaire par du jeu à zéro ou une passe, si possible après contact après une collision remportée, afin de concentrer la défense dans cette portion du terrain. Un système offensif rodé sous la houlette du spécialiste des collisions William Servat, qui voit les Tricolores utiliser aussi bien les "mains" de joueurs comme Baille, Marchand ou Woki, la puissance pure des Alldritt, Atonio ou Willemse, mais aussi les appuis de joueurs de la ligne de trois-quarts comme Villière, Moefana, Fickou ou Danty, afin de remporter des duels face à des avants adverses plus lourds mais moins dynamiques. Sans oublier, évidemment, le timonier Antoine Dupont, capable d’exploiter la moindre brèche au ras des rucks et incite forcément les défenses à se resserrer sur les bordures, toujours plus, au fur et à mesure de l’accumulation des temps de jeu.

« Jeu en black » et compensations de rôles

Le but de la manœuvre ? Il peut évidemment s’agir de trouver des espaces au ras, comme réussit à le faire Willemse au soutien de Marchand en écosse, ou bien Grégory Alldritt contre l’Italie (essai de Villière) ou l’Angleterre (essai de Dupont). Mais plus globalement, il consiste à suffisamment resserrer la défense pour disposer de deux "demi-terrains" à attaquer au bon moment, où l’influence de l’ouvreur Romain Ntamack et l’arrière Melvyn Jaminet s’avère essentielle, les deux joueurs ayant pour mission de basculer du bon côté au même moment pour négocier un surnombre.

L’essai inscrit par Ntamack contre la Nouvelle-Zélande en novembre s’est écrit de la sorte ou celui refusé à Jaminet face à l’Irlande, sans oublier celui inscrit par Jelonch au pays de Galles ou Cros contre l’Angleterre. Un hasard de retrouver ici les flankers ? Évidemment pas. En effet, sachant que les ailiers tricolores sont amenés à être impliqués au milieu du terrain sur ces situations de "jeu en black", ce sont les troisième ligne aile qui sont censés compenser leurs absences, avec Jelonch chargé de garder le couloir (comme l’était Ollivon au début du mandat de Galthié) tandis que l’endurant François Cros est chargé du rôle crucial d’agent de premier soutien. Une stratégie claire et parfaitement maîtrisée par les joueurs à laquelle les adversaires des Bleus n’ont pas encore trouvé de parade.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?