Bourg-en-Bresse : la mission maintien avant tout

  • Mathis Viard et les Bressans ont encore un espoir de maintien mais n’ont plus de temps à perdre. Photo Stéphanie Biscaye
    Mathis Viard et les Bressans ont encore un espoir de maintien mais n’ont plus de temps à perdre. Photo Stéphanie Biscaye
Publié le

Les bressans se projettent sur la fin de saison avec l’espoir de maintien. même si le sprint final démarre par un ardent derby à oyonnax.

Six rencontres pour être à jamais les premiers ! Il reste six matchs aux Violets pour réussir à maintenir cette équipe de Bourg en Pro D2. Certes, la reprise est gargantuesque avec des déplacements à Oyonnax et Bayonne. Pour faire face à ces rendez-vous, les joueurs ont rechargé les batteries et sont conscients des défis qui les attendent.

"La semaine de repos a fait énormément de bien, estime le manager Fabrice Estebanez. Avec ensuite un stage qui a permis de se retrouver et de s’oxygéner. L’objectif c’est que l’on puisse attaquer le sprint final avec des certitudes et une envie de bien faire." "La situation est simple, il nous reste six gros matchs, compte l’ailier Dimitri Doucet. Face à Oyonnax, nous devrons être précis, concentrés et mettre de l’engagement. Si nous pouvons avoir un supplément d’âme pour x ou y raisons, tant mieux. C’est un match très important pour les supporters donc il est important pour les joueurs. Si nous voulons être fiers de nous, nous devrons être à 200 %. Face à de très bons joueurs, ce sont d’excellents matchs à jouer."

Sacré test pour la défense

Dans les esprits burgiens, les enjeux de fin de saison semblent toutefois prendre le dessus sur le contexte d’affrontements entre voisins. "Je n’ai pas parlé de derby, cela appartient aux joueurs, indique Fabrice Estebanez. Nous avons travaillé sur les contenus. Nous voulons de la précision et quelque chose d’abouti. Tout ce qui englobe l’histoire de ce match-là appartient aux joueurs. S’il doit y avoir un supplément d’âme, c’est à eux de l’amener."

Le match aller avait ouvert des plaies côté bressan (défaite 49 à 8, N.D.L.R.) mais les Violets ne cherchent pas à en tirer un sentiment de revanche. "Nous n’avons pas parlé du match aller entre nous, confie l’ouvreur Mathis Viard. Je ne sais pas s’il est évacué dans les têtes de tous mais nous n’en avons pas parlé. Nous n’avons pas remué cette défaite. Nous sommes dans un nouveau cycle et nous allons de l’avant. Et savons que cela sera un match dur et engagé". À l’heure du sprint final, Oyonnax peut aussi agir comme un révélateur de l’état de la défense burgienne. Fabrice Estebanez souligne ce point : "Oyo a une très très grosse défense. À nous d’être égal à eux-mêmes. Je veux du contenu. Sur des choses simples mais avec précision. Le score sera le score qu’il est mais je veux du contenu, un match avec un peu plus de maîtrise." Le duel est disproportionné sur le papier, aux Bressans de gommer un peu l’écart sur le terrain.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Julien VEYRE
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?