Les fruits du salary cap

  • Pierre-Yves Revol était le président de la LNR quand le salary cap a été acté
    Pierre-Yves Revol était le président de la LNR quand le salary cap a été acté Icon Sport - Laurent Frezouls
Publié le

Le grand roman de notre rugby a ceci de fascinant qu’il ne s’arrête jamais. C’est aussi son péril, certes, avec un calendrier qui déborde. Mais il offre un rebond infini au feuilleton proposé aux (télé) spectateurs. Et cette saison particulièrement, l’histoire ne manque pas de sel.

 

Tout juste refermée la page d’un Tournoi des 6 Nations beau comme on l’espérait, le récit du Top 14 reprend ses droits. Et là encore, cette année, il est éminemment excitant. Plus encore que d’habitude. Parce qu’il ne manque personne. Pas de Montpellier ou Lyon de la saison dernière, qui avaient trop vite décroché. Pas de La Rochelle ou Toulouse, qui avaient tôt fait de distancer la concurrence. En 2022, tous ceux qui ambitionnaient de regarder vers le haut sont au rendez-vous. Même Pau est encore "vivant" et, en cas de scénario très largement favorable, ne doit pas s’interdire de rêver. Enfin ! C’est une nouveauté, six ans après sa remontée en Top 14.

Au sujet de cette lutte plus ouverte que jamais, où onze clubs sont encore en course pour les phases finales à cinq journées du terme, il ne faut pas voir qu’une question de conjoncture un rien chanceuse, où toutes les planètes s’aligneraient soudain sans véritablement d’explications. Il faut aussi reconnaître les mérites où ils se trouvent. Ceux du salary cap, pour ce qui nous concerne ici.

La pratique n’est pas une invention française et, dans un registre beaucoup plus élaboré, elle avait déjà fait ses preuves en NBA par exemple. Son importation en 2010 dans notre Top 14 fut une riche idée. Par la régulation des masses salariales, la LNR alors dirigée par Pierre-Yves Revol, trouvait le meilleur des moyens pour garantir son spectacle. Parce qu’il n’y a pas de spectacle sans rivalité et sans suspense. C’est ce que la Ligue s’est assurée de préserver.

Il est d’ailleurs intéressant de noter que les onze clubs en lice sont aussi ceux qui "bloquent" le salary cap. Qui en utilisent toute l’amplitude. Tous sur la même ligne de départ, ils luttent donc à armes égales ; au moins pour ce qui est de la constitution de leur effectif. À chacun, ensuite, d’en faire le meilleur usage.

Cela évite au rugby français ce que vit actuellement son cousin du foot : un club hégémonique (le PSG), aux moyens financiers démesurés par le fait d’un homme ou d’un état, et qui écrase la concurrence en s’adjugeant le titre avant même que la saison ne commence, sauf accident industriel. Ajoutez à cela la glorieuse incertitude des phases finales, joyaux de notre sport par la convivialité qu’il véhicule, et l’incertitude qu’il maintient jusqu’au bout, et vous avez ici tous les ingrédients d’un grand spectacle. Cette année plus encore.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Carlau Il y a 2 mois Le 01/04/2022 à 09:13

""Il est d’ailleurs intéressant de noter que les onze clubs en lice sont aussi ceux qui "bloquent" le salary cap. Qui en utilisent toute l’amplitude. ""
C'est totalement faux :
1- Le salary cap du CO, par exemple, est inférieur de 1M€ (budget entre 22M€ et 23M€)
2 - Comment expliquer que les clubs dont les budgets dépassent les 30M€ à 35M€, se payent des joueurs à 700 ou 800 000€ en respectant le salary cap ? En mettant les autres au SMIC ? Non en contournant la loi !
Autre pb , les JIFF : Vers où vont les très bon JIFF ? vers les clubs fortunés, laissant aux autres club, un recrutement régional ou étranger !
M. FAURE, non tous les clubs ne sont pas sur la même ligne, comme vous l'écrivez!

jmbegue Il y a 2 mois Le 01/04/2022 à 11:34

Vous confondez budget et masse salariale.
Le budget est la prévision de recettes et de dépenses.
Si la prévision est bonne, le budget collera au bilan.
La masse salariale est comprise dans le bilan dans les charges (passif) au même titre que les autres dépenses telle que achat ou entretien des terrains.

Par exemple, le ST car je présume que c'est lui que vous visez est PROPRIÉTAIRE des terrains et des bâtiments des 7 deniers et c'est lui qui a en charge TOUT ce qui concerne les terrains, les infrastructures...

Faites une comparaison des masses salariales des joueurs et là vous aurez une approche réelle de la chose.