Montauban grippé mais affamé

  • Quentin Delord et les Montalbanais n’ont que des "finales" à jouer d’ici la fin de la saison. Pboto Stéphanie Biscaye
    Quentin Delord et les Montalbanais n’ont que des "finales" à jouer d’ici la fin de la saison. Pboto Stéphanie Biscaye
Publié le

Les Montalbanais entament leur sprint final pour le gain du top 6. Mais face à Agen, de nombreux joueurs sont incertains à cause d’une épidémie de grippe.

Trois mois après les fêtes de fin d’année, les Montalbanais retrouvaient enfin un peu de repos la semaine dernière. À bout de souffle physiquement, après un énorme bloc marqué par des matchs reportés, mais aussi de longs déplacements, les joueurs de l’USM ont pu recharger les batteries pour revenir à l’entraînement en pleine forme, avant d’entamer un sprint final capital en vue du top 6. Du moins, c’est ce qu’on croyait. Parce que ce mercredi, le groupe montalbanais était privé d’une dizaine de joueurs lors d’un entraînement préparatoire au derby, face à Agen.

La cause ? Une épidémie de grippe, qui s’est propagée au plus mauvais moment. Les joueurs concernés ont été testés négatifs au Covid-19 mais restent incertains pour la rencontre de vendredi. Le match n’est donc pas remis en cause, mais l’élan du début de semaine est brisé et la composition montalbanaise doit être remodelée. Un crève-cœur, alors que retrouvait une certaine profondeur d’effectif à Sapiac.

"Entre-nous, on en rigole en se disant que cette saison, on ne sera jamais tranquille, riait jaune David Gérard. C’est frustrant mais l’essentiel, c’est la santé des mecs. On avait retrouvé un groupe plutôt cohérent avec des postes fournis et des choix à faire, on s’est creusé la tête pour faire la composition et finalement, on n’a pas pu l’annoncer. On va être dans l’urgence pour vendredi et malheureusement, ça a été un peu ça toute la saison. Par exemple, on impatientait la période hivernale en se disant : "Avec l’équipe qu’on a, ça va être trois mois de bonheur, avec les terrains boueux, les ballons lents et les collisions". Mais cette période, on l’a faite en slip, on a perdu confiance et on était toujours en train de bricoler."

Frustré, le manager de l’USM peut l’être d’autant plus que c’est la fraîcheur des "revenants" qui a fait la différence lors des derniers matchs, alors que Montauban était sorti du top 6 et semblait piégé dans une spirale infernale. "Il y a vraiment un nouveau souffle, acquiesçait Quentin Delord. Tout le monde a pris conscience que si on voulait espérer se qualifier, il fallait qu’on fasse mieux à l’extérieur." Gérard complétait : "Il faut comprendre pourquoi ça va mieux aussi : la défaite contre Aix a été le détonateur. En perdant chez nous, on redevenait normaux"

Six finales à jouer

Après un mois de mars fait de trois déplacements sous haute tension, Montauban a su aller chercher des points et rester dans la course aux phases finales. "On joue notre saison à chaque match maintenant, posait David Gérard. La réalité, c’est qu’on est en vie. Chaque fois qu’on va gagner un match, on va se rapprocher de quelque chose de génial au vu de notre saison… Ça vaut tellement de sacrifices." Cela commence donc par la réception d’Agen, où malgré les perturbations de la semaine, il faudra se montrer irréprochable devant une Cuvette annoncée comble.

"Ce match est importantissime, annonçait le manager. On revient chez nous, on sait qu’on va mieux, on sent qu’il y a quelque chose. On est en train de renaître au bon moment." Il est vrai que désormais, la position de Montauban est on ne peut plus claire : "Tous les matchs seront une finale", présentait Delord. L’USM a son destin en main et doit gérer au mieux cette dernière ligne droite, malgré les aléas.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?