Des Montois caméléons pour faire tomber l'Aviron

  • En enchaînant une sixième victoire consécutive, les Montois de Yoann Laousse Azpiazu restent plus que jamais leaders du Pro D2.
    En enchaînant une sixième victoire consécutive, les Montois de Yoann Laousse Azpiazu restent plus que jamais leaders du Pro D2. Icon Sport
Publié le

En se défaisant dans la douleur de l’Aviron Bayonnais, le Stade Montois reste invaincu sur sa pelouse et a fait un pas de plus vers une demi-finale à domicile.

Les Montois ont poussé un gros soupir de soulagement au coup de sifflet final. C’est que la victoire n’a tenu qu’à un fil. D’abord avec cet essai somptueux de Rémi Baget à onze minutes du terme, donnant pour la première fois l’avantage aux Basques, ensuite avec cette pénalité de Maxime Lafage à la dernière seconde, venant mourir sous la barre transversale, alors que les Landais étaient repassés en tête. Un coup de pied qui aurait pu donner la victoire aux Ciel et Blanc sans que cela n’eût constitué un scandale. Mais ce sont bien les Montois qui l’emportent au final et qui s’ouvrent encore un peu plus le chemin vers une demi-finale à domicile. Il y avait donc de la satisfaction dans les rangs landais, mais nulle euphorie.

Conscient que son équipe n’avait pas rendu sa meilleure partition, le manager Patrick Milhet est resté très lucide dans son analyse : « Notre deuxième mi-temps a été compliquée. Notre jeu au pied a été moins précis et nous avons commis des fautes qui auraient pu nous coûter cher. C’est dommage au vu de notre première période qui était très maîtrisée, mais nous avons un peu perdu le fil et nous n’avons pas vraiment montré notre vrai visage. Le dernier quart d’heure a été très difficile à vivre, mais ce sont quatre points qui comptent et qui nous font du bien comptablement. Nous n’avons pas grillé de joker, c’est bien, mais il va quand même falloir analyser notre production pour essayer de grandir encore. »

La force du collectif

C’est vrai qu’à l’instar des Bayonnais, les Montois ont été paradoxalement plus performants face au vent et que des grains de sable sont venus enrayer la machine par la suite. Mais on reconnaîtra quand même à ce groupe plusieurs qualités indispensables à la réussite. D’abord, les avants montois ont su tenir la dragée haute à leurs adversaires, pourtant réputés dans les domaines de la conquête et des ballons portés. Ils leur ont même été supérieurs dans le jeu dynamique et le jeu au sol. C’est déjà une sacrée performance.

On louera aussi l’organisation collective des Landais qui est le socle de la confiance qui les habite en toutes circonstances. Car là où beaucoup auraient craqué en se retrouvant menés et en infériorité numérique à dix minutes de la fin, les Jaune et Noir ont su reprendre le contrôle et aller chercher la pénalité de la victoire au terme d’une très longue séquence, certes peu spectaculaire, mais qui demande une précision et un sang-froid remarquables à ce moment du match. Ces qualités ne sont bien sûr pas le fruit du hasard, mais d’un travail très rigoureux.

En enchaînant une sixième victoire consécutive, ils sont donc plus que jamais leaders de ce championnat, et emmagasinent au passage un supplément de confiance. Ils ont surtout démontré, encore une fois, leur incroyable capacité d’adaptation aux conditions du moment. Brillants ou besogneux, ils gagnent, et élargissent régulièrement leur palette, ce qui pourrait leur être très utile dans quelques semaines.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre BAYLET
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?