Rouen renait à la vie !

  • Les Rouennais ont réalisé la gros coup du week-end en s'imposant à Vannes.
    Les Rouennais ont réalisé la gros coup du week-end en s'imposant à Vannes. Icon Sport
Publié le

Ce n’est pas encore le printemps au RC Vannes. Après Carcassonne (et Béziers entre-temps), les Vannetais ont enregistré leur troisième défaite consécutive. Inquiétant ? Oui et non.

Déjà victorieux lors du match aller, les Rouennais ont joué un vilain tour aux Vannetais vendredi soir. D’aucuns l’avaient déjà pronostiqué ! Les Normands n’ont eu cure de ces extrapolations. Appliqués, sérieux, solides sur les fondamentaux, intraitables dans les zones de ruck, les "boys" de Nicolas Godignon et Serge Betsen ont rendu une copie presque parfaite. Pourtant l’entame face à des Vannetais valeureux et généreux fut laborieuse. 7 à 0 après douze minutes.

Un mal pour un bien puisque la réaction fut cinglante : un essai (Waite sur une superbe interception), une transformation, deux pénalités de Lydon plus tard et Rouen de s’envoler au score (7-23 à la pause). « La course au maintien, c’est un peu notre phase finale à nous. C’est une belle victoire pour des garçons qui ont vraiment bien bossé et préparé ce match. Ce groupe mérite de se maintenir… comme d’autres équipes », observait après coup Nicolas Godignon. Oui ! Cette victoire sur la physionomie des quatre-vingts minutes, n’avait rien d’un demi de justice. « Une des clefs de notre organisation était de mettre beaucoup de pression sur l’adversaire. Et comme nous avons également été très connectés dans le domaine de la contre-attaque (deux essais ! N.D.L.R.) la victoire a été au rendez-vous » commentait pour sa part un Serge Betsen ravi et comblé "du cœur affiché par ce collectif."

Vannes : trop de déchets !

Vannes pour sa part continue de faire le yoyo au classement. L’image laissée par ce RCV-là n’a plus rien de magique. L’impression de ne rien pouvoir maîtriser de n’avoir aucun poids sur les événements. Pourtant l’entame fut belle avec l’essai de Léafa… mais après : le trou noir, l’expression d’un jeu sans imagination trop stéréotypé et… des fautes à répétition qui ont débouché sur seize points de débours (17e, 30e, 40e+2 — trois pénalités et neuf points, plus sept points sur un essai transformé !).

Le retour en grâce en seconde période ne permit pas aux Vannetais de combler totalement leur handicap. Que dire alors de cette faute qui a amené sur un coup de pied à suivre, le dernier essai de Megdoud au nez et à la barbe d’une défense hors de position ?

L’essai de trop alors que le RCV à ce moment pouvait encore croire en un renversement de situation au tableau d’affichage. Oui la situation est inquiétante et laissons de côté l’utopie d’une qualification. Non, pour mettre en cause un maintien (douze points de sécurité au classement sur Bourg-en-Bresse), qui sera forcément laborieux, mais cette nouvelle défaite est suffisamment éloquente des carences actuelles d’un collectif qui semble même aujourd’hui, ne plus avoir foi en son talent.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?