Top 14 - George Moala, le massif central

  • Au bout d’un exploit personnel avec quatre défenseurs battus, George Moala inscrit son doublé face aux Brivistes. Photo Vincent Duvivier
    Au bout d’un exploit personnel avec quatre défenseurs battus, George Moala inscrit son doublé face aux Brivistes. Photo Vincent Duvivier Midi Olympique - Vincent Duvivier
Publié le

Auteur d’un doublé, le « taser » All Black a pesé de toute sa puissance, laissant entrevoir pendant 69 minutes avec Penaud une paire au talent peut-être sans égal en Top 14.

C’est avec un sourire de satisfaction que l’expérimenté Morgan Parra accueillit, quelques minutes après le coup de sifflet final, les résultats des uns et des autres concurrents du Top 14, dont l’ASM demeure dépendante à son corps défendant. « On voit après cette journée que le classement se resserre de plus en plus, pointait le demi de mêlée. Nous, on n’est pas morts, et on s’est donné le droit d’y croire encore. De toute façon, on se doute que ce Top 14 va être serré jusqu’à la dernière journée. » Et pour y croire, l’ASM peut (toujours) compter sur des joueurs hors du commun. On veut ici évidemment parler de sa paire de centres composée de Damian Penaud et George Moala qui, samedi, ont chacun inscrit un essai au bout d’un invraisemblable exploit personnel, qui les vit battre à eux seuls quatre ou cinq défenseurs. Las pour les Auvergnats, cette belle association ne dura que 69 minutes, Penaud voyant sa cheville se dérober sous les poids de son vis-à-vis Olding. « C’est sûr que ces deux joueurs ont la faculté de nous mettre dans l’avancée, convenait Parra. J’espère que ce n’est pas trop grave pour Damian, qui est un des dynamiteurs de notre système. Il n’est pas très performant avec les Bleus pour rien… » « L’un est un des meilleurs atouts offensifs du XV de France, l’autre un ancien All Black, synthétisait Xavier Sadourny. Ce sont deux joueurs qu’il vaut mieux avoir avec soi, c’est sûr. »

La cheville de Penaud, seule ombre au tableau

Voilà pourquoi, même si Penaud devrait logiquement manquer plusieurs semaines, l’ASM peut au moins se satisfaire de pouvoir toujours compter sur son tank George Moala, qui apparaît plus que jamais indispensable, les superlatifs commençant même à manquer. « George, c’est un taser, il électrocute les mecs, osait Judicaël Cancoriet. Il faut faire attention à ne pas trop l’utiliser mais même quand il est attendu par plusieurs défenseurs, il se débrouille quand même pour avancer. Pour ça, c’est un animal. » « On le surnomme le tracteur, et on comprend mieux pourquoi après un match comme ça, prolongeait Parra. Je ne sais pas comment il fait, je sais qu’il met une grosse fréquence d’appuis, comme ça. (il mime) Il faudrait que j’essaie mais avec moi, je ne suis pas sûr que ça marche. On va continuer à lui donner quelques ballons. » « Ce qui est bien, c’est qu’il ne s’est pas contenté de jouer dans le frontal, appréciait en bon entraîneur Xavier Sadourny. Il a aussi essayé de lâcher quelques ballons sur les extérieurs, et ça le rend encore plus dangereux car cela libère des espaces pour ses partenaires.  Du tout bon, aux abords du sprint final.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?