Top 14 - Un Lou K.-O. debout

  • Malgré une belle entame de match à l’image du seul essai lyonnais inscrit par Baptiste Couilloud, le Lou s’est éteint face au RCT. Photo IconSport
    Malgré une belle entame de match à l’image du seul essai lyonnais inscrit par Baptiste Couilloud, le Lou s’est éteint face au RCT. Photo IconSport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Dominés dans tous les secteurs de jeu, les Lyonnais ont subi leur pire défaite de l’ère Mignoni. À quatre matchs de la fin du Top 14 et avant les huitièmes de finale du Challenge Européen, il va falloir réagir.

« C’est la première fois que je vois ça depuis que j’entraîne Lyon ». Après la rencontre, Pierre Mignoni était dans le même état que tous les Lyonnais, joueurs, encadrement, spectateurs et observateurs : hébété et K.-O. debout. Effectivement, c’est la première fois que l’on voit une telle performance des Lyonnais sous l’ère Mignoni. Voire même depuis plus longtemps. Pour avoir assisté en tribune de presse à deux relégations de Top 14 à Pro D2, on n’avait encore jamais vu quelque chose de semblable. Pourtant, on a vu des défaites, mais rarement un tel constat d’impuissance a émané de cette équipe du Lou. Bien sûr, nous avions déjà vu Lyon être dominé et s’incliner à domicile. Mais cela répondait à une certaine logique sportive. Il n’était alors pas favori des rencontres et en position de se qualifier… Il ne boxait pas dans la même catégorie que certains adversaires.

Là, si le score est logique au vu de la physionomie de la rencontre, on cherche encore la logique présidant à une telle performance. Comment le collectif lyonnais a-t-il pu se déliter de la sorte en mêlée (trois pénalités concédées), en touche (quatre lancers perdus) et dans les rucks, où il a perdu des ballons précieux en début de match (9e, 19e) quand tout était à faire… ? Sans parler qu’il était à côté de la plaque en défense (26 plaquages manqués).

Mignoni : « C’est à moi de trouver des solutions »

« Ce n’est plus seulement un accident. C’était la tempête ! On a été pris quasiment partout ! Toulon a bien joué, nous a dominés dans les duels. »

L’influx laissé à Toulouse, six jours à peine avant le match, explique-t-il le manque de ressort des Lyonnais ?

« Il y a eu des signes avant-coureur dans la semaine, reconnaissait Pierre Mignoni. Des fois, ça ne veut rien dire... La semaine n’a pas été bonne du tout. Je n’ai pas senti mes joueurs basculer. Je ne pense pas qu’on ait tous fait l’effort nécessaire pour basculer dans ce match. C’est à moi de trouver des solutions. Nous n’y sommes pas arrivés ».

Il va falloir tirer les leçons de cette fessée avant les quatre derniers matchs de Top 14, lors desquels le Lou n’aura aucune marge, et les phases finales de la Coupe d’Europe, avec un huitième de finale à domicile le vendredi 15 avril. Est-ce un mal ou un bien ? Le Lou est exempt le week-end prochain et le stage programmé à Vichy sera l’occasion de débriefer cette piètre performance.

« C’est la première fois que nous vivons un tel moment, soupirait Pierre Mignoni. Nous devons l’accepter. Ce qui m’intéresse, c’est de savoir comment nous allons nous relever de ça. Comment allons-nous réagir collectivement ? Comment allons-nous nous comporter en tant qu’équipe ? .

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?