Aurillac doit redoubler d’efforts

  • Le Stade aurillacois est face à l’immense défi d’affronter le leader surpuissant, Mont-de-Marsan.
    Le Stade aurillacois est face à l’immense défi d’affronter le leader surpuissant, Mont-de-Marsan. Stéphanie Biscaye
Publié le

Auteurs d’un match solide la semaine dernière, les Aurillacois espèrent bien enchaîner face au leader, Mont-de-Marsan.

Cette fois, c’est ce qu’il se fait de mieux en Pro D2. Après Nevers la semaine dernière, la réception de Mont-de-Marsan sera un nouveau révélateur du niveau du Stade aurillacois dans cette poule. Ce sera aussi un nouveau défi à relever pour conserver une invincibilité à Jean-Alric qui se monte aujourd’hui à onze unités.

Dans la neige, le froid et le vent, les Cantalous se sont révélés dans l’adversité. Bousculés par des Nivernais qui ont profité des maladresses locales en début de rencontre, ils ont resserré les rangs petit à petit pour prendre l’avantage dans un premier temps, avant de devenir infranchissable sur le dernier quart d’heure. Mais l’abnégation des Aurillacois n’est plus à démontrer à Jean-Alric. "Ce n’est plus une surprise, avoue même Hugo Bouyssou, demi de mêlée. On voit que l’équipe est vraiment soudée et a un gros mental pour rester unis et forts en fin de match."

Face au leader, il faudra pourtant lever le curseur d’encore au moins un cran pour s’éviter les ennuis, voire une désillusion. Le groupe a conscience de cela. Il est préparé au combat, comme il est préparé à jouer. Et ils en sont capables si la météo aspire enfin à lever le pied, même si l’on annonce du vent et de la pluie pour ce soir. Un moindre mal quand on a connu la neige et le froid.

Lever le curseur, donc face à la deuxième attaque et la quasi meilleure défense du championnat. Un leader neuf points d’avance sur le second Oyonnax - qui marche sur l’eau et sur tout le monde d’ailleurs en ce moment avec six victoires d’affilée, dont trois à l’extérieur. Donc- "méfia teu" de Mont-de-Marsan comme on dit du côté des monts du Cantal.

Ne pas "s’exposer au danger"

Mais est-ce vraiment besoin de le préciser aux hommes de Roméo Gontineac ? Non ! Mais une piqûre de rappel de temps en temps, c’est bien là le rôle de l’entraîneur et du staff. "Il ne faut surtout pas que l’on s’expose au danger. Mont-de-Marsan aime bien faire des relances du fond du terrain avec des joueurs phares qui font la misère à leurs adversaires, confie le technicien roumain. Il faudra donc les empêcher de remonter tous ces ballons."

Certes, mais il faudra encore plus. Le bon match face à Nevers donne le fil directeur, mais il faudra encore plus de constance dans l’effort, plus de précisions dans les phases de jeu, plus d’adresse dans les passes. Il faudra corriger des petits détails en touche, poursuivre sa domination en mêlée fermée et sur les ballons portés, être pragmatique quand il faut l’être et continuer d’oser jouer quand l’occasion se présente. Des Lapalissades diront certains, mais quel bonheur quand toutes les étoiles sont alignées.

Et ce n’est pas le maigre public de la semaine dernière qui dira le contraire. Un public qui s’est emballé pour son XV de guerriers poussant fièrement jusqu’à l’en-but, défendant bec et ongles sa ligne. Quel que soit le groupe affiché ce soir, cet effectif, c’est avant tout 30 à 35 mecs concernés depuis le début de saison et investis d’une mission qui les a soudés au lendemain de Bayonne. La prise de conscience que pour être crédible, il faut d’abord être invincible à la maison.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Marc AUTHIÉ
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?