Champions Cup - La Ligue des Champions version rugby

  • Brice Dulin avec La Rochelle, Cameron Woki avec l’UBB et bien sûr Antoine Dupont avec Toulouse, les internationaux français seront les fers de lance de leurs clubs dans une phase finale européenne diablement excitante sur le papier. Photos Icon Sport
    Brice Dulin avec La Rochelle, Cameron Woki avec l’UBB et bien sûr Antoine Dupont avec Toulouse, les internationaux français seront les fers de lance de leurs clubs dans une phase finale européenne diablement excitante sur le papier. Photos Icon Sport Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Ils seront seize clubs - dont sept français - sur les terrains ce week-end pour partir en quête de la consécration européenne. Avec un format en aller-retour des plus alléchants. La Champions Cup n’a sûrement jamais été aussi excitante qu’en ce printemps 2022.

Le gratin du sport européen est au menu cette semaine. Mardi et mercredi, le Real Madrid, Chelsea et autres Liverpool ont ouvert le bal avec les quarts de finale aller de la Ligue des champions de foot. Le rugby va magnifiquement prendre le relais de son cousin au ballon rond, ce week-end. Sur le papier, jamais les phases finales de Coupe d’Europe n’avaient atteint un tel niveau d’intérêt et d’excitation.

Seize équipes sont encore en lice - contre huit historiquement - pour soulever le trophée continental le plus prestigieux. Deux fois plus de prétendants pour deux fois plus d’émulation, d’espoirs, d’attentes. À l’exception des Saracens et de Toulon, engagés en Challenge, tous les cadors sont présents, de Toulouse au Leinster en passant par La Rochelle, Exeter, l’Ulster ou Leicester. Le plateau final réunit vingt-huit titres européens et six anciens lauréats. Parmi eux, le Stade toulousain entend conserver son précieux et marquer encore plus l’épreuve de son empreinte tandis que la province du Dublin compte bien le rejoindre au palmarès avec une cinquième étoile, Leicester étant déterminé à renouer avec son glorieux passé. Dans le sillage de ces historiques, Bordeaux-Bègles et le Stade rochelais ambitionnent d’aller au bout, après avoir accédé au dernier carré et à la finale en 2021, le Racing 92 et l’Ulster ayant toujours cette idée dans un coin de la tête. La liste des légitimes candidats serait trop longue à détailler dans son intégralité. Le format, aussi, a de quoi soulever un enthousiasme inédit : pour la première fois, des oppositions en aller-retour vont décider de l’identité des huit dernières formations en lice.

Fini les huis clos et les jauges

En termes de suspense, comment pouvait-on espérer mieux ? Cette configuration promet des rebondissements et une rivalité allant crescendo au fil des 160 minutes de ces huitièmes. D’autant plus que la grande loterie des confrontations a abouti à deux derbys français des plus savoureux (Bordeaux-Bègles-La Rochelle et Stade français-Racing 92) ainsi qu’à des chocs détonants (Toulouse-Ulster, Clermont-Leicester, Montpellier-Harlequins…). Seuls les meilleurs sortiront vainqueurs de ces bras de fer pour composer un grand 8 qui s’annonce dantesque. Ces huitièmes de finale aller-retour seront placés sous le signe de la nouveauté - l’an passé, ce modèle avait dû être ramené à un match sec - mais aussi du retour aux bonnes vieilles habitudes. Après des dizaines de matchs reportés, des victoires sur tapis vert, des polémiques de bas étage et des comptes d’apothicaires, revoici venu le temps des matchs couperet, de la vérité. Sans filet ni recours. En la matière, le format garantit un maximum d’équité sportive, chaque équipe étant amenée à disputer un match à domicile. La crédibilité de l’épreuve s’en trouve aussi renforcée. Fini aussi les huis clos ou les jauges restreintes, tellement frustrants la saison passée.

 

La Champions Cup va retrouver un semblant de normalité et cette ferveur indispensable aux grands événements : revoir le Stadium de Toulouse, Marcel-Michelin ou encore Sandy Park, à Exeter, revêtir leurs habits de gala pour des affiches trois étoiles est une formidable raison de se réjouir. La Ligue des champions version rugby, à l’hymne tout aussi épique que celui de son alter ego footballistique, est de retour au premier plan. Mieux : elle s’apprête à prendre une autre dimension. Que le spectacle soit à la hauteur des attentes, maintenant.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?