Clermont face à une montagne

  • Morgan Parra (à droite) et Camille Lopez (à gauche) veulent réussir leur dernière campagne européenne avec l’ASMCA. Photo Vincent Duvivier
    Morgan Parra (à droite) et Camille Lopez (à gauche) veulent réussir leur dernière campagne européenne avec l’ASMCA. Photo Vincent Duvivier
Publié le

Derniers qualifiés de la poule A, les clermontois devront créer l’exploit face aux tigres de Leicester, premiers de la poule B et impressionnants dans leur championnat.

La Coupe d’Europe a ce parfum qui a souvent fait chavirer le Michelin. Une ode à la joie pour des Clermontois qui ont écrit de belles pages de leur histoire dans cette compétition pour des frissons de bonheur. Au moment d’abord de ce huitième de finale, c’est pourtant la prudence, pour ne pas dire la crainte, qui se glissera dans les crampons auvergnats au moment d’entrer sur la pelouse ce dimanche. Tout d’abord parce que l’adversaire s’avance en grand favori. Les Tigres de Leicester marchent sur le championnat anglais, seuls en tête avec huit points d’avance sur les Saracens, douze sur les Harlequins et dix-huit sur les Chiefs d’Exeter. Avec dix-sept victoires, pour seulement trois revers, ils abordent ce printemps sûrs de leurs forces, sûrs de leur rugby et paraissent inarrêtables.

Ce n’est pas vraiment le cas des Clermontois qui devront batailler jusqu’au bout en Top 14 pour tenter de décrocher une place qualificative. Il ne sert à rien de se mentir sur le rapport de force avant d’attaquer cette double confrontation comme le rappelait cette semaine le demi de mêlée Morgan Parra : "On ne sent peut-être pas l’engouement car il faut dire vérité : nous ne sommes pas en haut du tableau en championnat et peu de personnes croient en nous pour aller au bout de cette Coupe d’Europe. Certaines personnes se régalent moins au stade car on joue peut-être moins bien mais, on espère que le public va répondre présent ce dimanche car il est certain qu’on en aura besoin. On va jouer ce qui se fait de mieux en ce moment en Angleterre, une équipe qui s’appuie sur un jeu très dur et efficace même si ce n’est pas très beau."

Monter en exigence

L’Europe peut-elle galvaniser les Clermontois ? Ils veulent y croire, eux qui étaient parvenus à s’imposer sur la pelouse des Wasps la saison dernière au même stade de la compétition. C’est aussi l’avis du manager Jono Gibbes : "Casser la routine alors que la bataille pour la qualification est dure en Top 14 me paraît être une bonne chose. C’est un grand défi qui nous attend et c’est excitant de participer à une phase finale face à une très bonne équipe. Leicester est impressionnant de constance. C’est un bon test pour nous mais je sais que j’ai une équipe qui répond présente devant ce genre d’adversité. Cette compétition, ce contexte, cet adversaire, ces 160 minutes de phase finale, tout cela va stimuler le groupe."

L’expérience de Morgan Parra, qui aborde cette phase finale européenne sans savoir s’il aura d’autres opportunités d’en jouer, doit aussi permettre aux Clermontois d’atteindre l’exigence requise pour ce genre de rendez-vous : "La base sera de prendre du plaisir dans un match à haute intensité, et c’est très bien de ne pas tomber face à une équipe française. Nous sommes dans cette compétition et nous avons autant nos chances que les autres. C’est ce qu’il a de mieux avant l’équipe de France, donc nous avons envie de nous étalonner, et c’est une chance de jouer au plus haut niveau. Contre Brive nous n’avons pas été constants pendant 80 minutes. Là, on ne pourra pas se permettre d’avoir une conquête à 60 %, de lancer le jeu en faisant tomber un ballon sur deux, d’avoir un jeu au pied d’occupation un coup trop court et un coup trop long, tout doit être parfait. Aujourd’hui, notre avantage est de n’avoir rien à perdre, de jouer à fond pour nous régaler, et si on parvient à faire un gros résultat, ça peut inverser la pression pour le match retour. On est des compétiteurs. On ne peut pas se dire qu’on va juste jouer le match, d’autant plus que nous sommes à la maison. " Une maison qui rêve de s’enivrer encore de ce parfum des grands soirs.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?